FAITES UN DON A OCHA RCA
Dossier

DOSSIER CRISE EN CENTRAFRIQUE/LE RÈGNE DE LA TERREUR, UN BUSINESS FLORISSANT EN RÉPUBLIQUE CENTRAFRICAINE

By THE SENTRY

Résumé

Depuis 2013, la République Centrafricaine (RCA) a plusieurs fois fait la une des médias lorsque la France et l’Organisation des Nations unies (ONU) ont à tour de rôle alerté l’opinion internationale des signes avant-coureurs d’un génocide.
Des épurations ethniques et d’autres atrocités de masse sont commises de manière quotidienne contre des communautés entières.
Un nombre incalculable de civils a déjà perdu la vie. L’instabilité politique et sécuritaire a ainsi mené à une grave crise humanitaire.
En mai 2018, l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR) recense près de 1,27 million de personnes déplacées ou réfugiées, un niveau sans précédent.
Les initiatives visant à rétablir la stabilité se sont multipliées au cours des 20 dernières années, mais le bilan est négatif.
Une série d’accords de paix, de désarmement et d’amnisties a été négociée, des missions onusiennes de maintien de la paix et d’assistance humanitaire se sont installées durablement, des opérations militaires extérieures ont régulièrement été déployées et des élections ont eu lieu.
Des milliards de dollars ont été dépensés pour tenter de ramener la stabilité et compenser l’absence d’État.
Depuis 2014, la mission onusienne en Centrafrique – la MINUSCA – a coûté plus de 3,2 milliards de dollars.
L’Union européenne, un partenaire de développement majeur en Centrafrique, a également décaissé plus de 200 millions de dollars au cours de la même période.
Malgré ces efforts, la valse des médiations a jusqu’ici échoué dans sa recherche d’un compromis politique permettant ne serait-ce que le respect d’un
cessez-le-feu.
Aujourd’hui, on déplore une pléthore de bandes armées, de groupes politico-militaires et d’auto-défense contrôlant la totalité du territoire national, ou y exerçant une influence.
Pire encore, depuis plus de quinze ans, les responsables de massacres de masse sont reconnus par les acteurs internationaux et ceux de la sous-région Afrique centrale comme des interlocuteurs légitimes avec qui il est nécessaire de dialoguer et de négocier la paix.
© Copyright 2019 New Venture Fund, All Rights Reserved.
Imagine your best photo ever
To Top