FAITES UN DON A OCHA RCA
Interview

Centrafrique/INTERVIEW : LNC a 6 ans, un bilan avec la directrice de LAMINE MEDIA, la maison mère

Gilles DELEUZE

PARIS [LNC] – Gwenaelle DE LACAN, peu ou pas connue du grand public, est cependant la patronne de LAMINE MEDIA, la société productrice et gestionnaire de LNC. Pour ses 6 ans courant janvier prochain, nous avions jugé utile de la questionner sur la vie et le devenir de ce media en ligne, numéro un dans le genre dans la presse centrafricaine.

– Gilles Deleuze : Gwenn, bonjour, pas d’hypocrisie, on se connaît, donc on se tutoie. Ton bilan sur ses 6 années passées de LNC ?

– Gwenaelle DE LACAN : Salut Gilles. De bilan, à mon niveau, très satisfaisant, puisque LAMINE MEDIA termine l’année comptable, pour une fois, une première dans le vert, avec un tout petit petit petit bénéfice, pas grand chose certes, à peu près 300 euros.
Et ceci, malgré le retrait de CANAL +, notre principal sponsor jusque là. Ce qui va nous forcer à les remplacer au plus vite. Je précise, pour prévenir les mauvaises langues, que le retrait de CANAL + est une affaire interne, depuis que le Groupe BOLLORÉ en a pris le contrôle.
Pour durer, nous avons besoin d’un modèle économique performant. Mais on a des pistes.

– G. D. : Sur le contenu propre de LNC, ton avis ?

– G.D.L : Je m’occupe de la gestion, pas du contenu, qui est l’affaire de Fatima LAMINE, votre directrice de publication. Mais je vois les choses. LNC fait maintenant partie du paysage media centrafricain, en gagnant au fur et à mesure des années, la confiance de ses lecteurs, avec une moyenne quotidienne de 3.000 lecteurs. Ce qui nous place loin devant toute la concurrence.
Et sur Facebook on le voit bien, les deux plus gros groupes de discussion centrafricain sont LNC, avec respectivement, près de 70.000 membres pour l’un et quelques 25.000 pour l’autre.
Ce n’est pas rien.
Comme disait Georges Marchais en son temps : « bilan globalement positif ».

– G. D. : Bon, à part abonder dans l’auto-satisfaction, des choses à changer ou/et à améliorer ?

– G.D.L : J’aime beaucoup l’humour de LNC dans les articles, même si la substantifique moelle de la chose passe par dessus pas mal de têtes, prenant tout au premier degré.
J’aime moins quand vous vous focalisez régulièrement sur Faustin TOUDERA pour lui taper dessus.

Il a réussi ce que BOZIZÉ n’a su faire, mettre les français au défi face aux russes.
Ce qui a suscité, ce que vous nommiez « les danses du ventre » des français.
Pour ça que le chef de l’état mérite un meilleur traitement que vos habituelles moqueries.
Et à côté, vous ménagez Martin ZIGUÉLÉ qui n’est qu’un démagogue – point de vue personnel.

– G. D. : Navré de te contredire ; mais nous n’irons jamais contre nature. Qui a élu TOUADERA ?
Il a juste été posé là, comme tous ses prédécesseurs par des « puissances externes » – dans ce pays, on passe son temps à se foutre du peuple, qui en plus agonise, pendant qu’à Bangui, ils n’arrêtent pas de faire la fête en toute inconscience et irresponsabilité.
Et qui est le premier corrupteur en RCA, si ce n’est Faustin TOUADERA ?
Martin ZIGUÉLÉ a fini enfin par le comprendre. DOLOGUÉLÉ lui l’avait compris depuis longtemps. Ceci dit, du nouveau pour LNC pour l’année prochaine ?

– G.D.L : Tout d’abord, consolider les acquis et ce qui fonctionne bien. LNC a un style propre, reconnaissable entre tous. Ce qui fait aussi sa réputation à l’international. C’est un media « intelligent », capable d’analyser et qui ne fait pas que livrer des informations. Ceci doit être consolidé.
La consolidation des acquis, c’est aussi plus de proximité, avec d’avantage de « Breaking news » sur les provinces, même si cela ne contient que 4 lignes.
Et à ce propos, je viens de recruter un nouveau journaliste à Bangui, à qui j’aimerais confier la direction de ce secteur, après formation à nos méthodes de travail.
Comme tu le sais, beaucoup d’infos des correspondants ne sont pas fiables, ce qui contraint à d’impossibles vérifications derrière. Ce n’est pas tenable. Et il ne sera jamais question que LNC publie des choses du genre « selon des habitants de la localité » ou des improbables invérifiables de la sorte.
Quand on n’est pas certain des sources, on ne publie pas. Il vaut mieux se taire que d’écrire des « hoax ». Notre crédibilité en dépend.
A côté de cela, nous allons relancer LNC MAGAZINE, qui existe déjà, mais pas exploité jusque là – c’est du gâchis.
Là, ce ne sera consacré qu’aux analyses et aux points de vue.

LNC en Anglais va aussi reprendre du service, avec tous les articles de la version française, systématiquement traduit en Anglais. Karen SULLIVAN s’en occupera.
Elle a été longtemps malade, ce qui a été un frein au développement de ce media.
Maintenant, faille-t’il systématiquement forwarder les articles sur les réseaux sociaux ? J’en suis moins certaine. Sans doute, juste en dessous de la version française en résumé-lien de l’article sur le site. Parce que le public de LNC en Anglais n’est pas lu par les centrafricains.
Nouveauté par contre, après l’échec de MASALA MAG, nous lancerons un site vraiment agrégateurs de tous les articles des media et blogs autres que LNC.

– G. D. : Justement, LNC restera uniquement infos centrafricaines ou s’étalera un peu plus sur les nouvelles de la sous région, voire du continent ?

– G.D.L : C’était le projet de départ avec Magloire LAMINE, mais nous nous sommes très vite aperçus que sur ce secteur, il y’aurait meilleurs que nous pour cela, et qui existent déjà.
Parce que, si c’est pour faire du copier coller de ce que les autres font déjà, comme certains sites, ça ne nous intéresse pas. L’expérience a été tentée un temps au Gabon avec Fernando, et avec succès, certes, mais cela coûte très cher de produire des articles propres LNC. Et nous manquons de personnel pour mener à bien une telle entreprise.

– G. D. : Déjà un nom pour le nouveau site agrégateur ?

– G.D.L : Ca, c’est à vous de le trouver, chacun son boulot.

– G. D. : LAMINE MEDIA, le seul en RCA à posséder son propre serveur, va-t’il commercialiser de l’hébergement de sites ?

– G.D.L : Hmmm, ce serait l’idéal pour amortir nos frais de gestion. Mais en même temps, c’est un autre métier.
Mais commercialiser de l’hébergement de sites, il faut que je creuse l’idée avec LAMINE.

– G. D. : Des extensions de partenariat avec d’autres media ?

– G.D.L : Oui, à l’instar de RFI (Radio France International), notre partenaire historique depuis les débuts de LNC, FRANCE 24 aussi (c’est la même maison), j’aimerai élargir sur le continent, pourquoi pas avec « AFRICA 24 », mais aussi en local, avec Radio Ndeke Luka en particulier qui nous fait des appels du pied depuis quelques temps.
En tous cas, avec des media n’étant pas sur notre secteur.

– G. D. : Et Radio SIRIRI de BOUAR ?

– G.D.L : Depuis leur changement de direction, ils sont aux abonnés absents. Leur nouveau directeur nous avait promis des flux d’infos quotidien en streaming, je les attend toujours. Je ne vais pas réveiller un cadavre.
Le site de Radio SIRIRI que j’héberge, du coup, ne sert plus à rien. Je vais donc le supprimer. La même chose il y a quelques années avec Radio Centrafrique.

– G. D. : Merci Gwenn, BONNE ANNÉE à toi !

G.D.L : De même camarade, ainsi qu’à toute l’équipe.

© Décembre 2018 – LAMINE MEDIA – Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Imagine your best photo ever
To Top