FAITES UN DON A OCHA RCA
Afrique

Tchad : Macron attendu demain à N’Djamena, pour essentiellement parler du Centrafrique

Français | English

Weekend tchadien pour Emmanuel MACRON. Il n’y aura pas de “jaunes” à l’horizon

Gilles DELEUZE

PARIS [LNC] – Officiellement, Macron sera demain en terres tchadiennes Pour, avec le monarque local, survoler les crises africaines du moment, et la centrafricaine en particulier…Surtout. Mais voyage employé, car très bien préparé, avec des tas de cadeaux pour le Tchad.

Il y a de la friture sur la ligne avec Bangui. Car la présence grandissante des russes en RCA est devenue une véritable obsession pour la cellule Afrique de l’Elysée. Et malgré les “danses du ventre” de LE DRIAN début novembre et de PARLY récemment devant TOUADERA à Bangui, l’indigène ne veut toujours pas plier. Les menus présents n’ont plus n’y ont rien changé – du cash, des armes, etc… Touadera s’entête toujours dans sa voie russe. Au grand dam de MACRON, décidé cette fois-ci prendre les choses en mains lui-même, en passant par la fenêtre pour le “casser”. Et la fenêtre, c’est le Tchad.

Donc, bien évidemment, la crise centrafricaine sera au centre de la visite de deux jours du président français à N’Djamena.

DES CADEAUX MON AMI

La France, très bonne copine, a réglé les salaires des fonctionnaires tchadiens au début du mois de décembre. Les deux pays ont signé deux conventions de financement d’un montant de cinquante millions d’euros, relatives à l’aide budgétaire de la France au Tchad pour l’année 2018. Ce prêt via l’Agence française de développement est affecté au paiement de la solde nette des fonctionnaires et des pensions et retraites. Environ dix millions d’euros sont destinés aux dépenses en matière de santé. Et un petit reliquat pour les frais personnels d’Idriss DEBY.

De quoi le mettre très à l’aise pour “solutionner” le problème centrafricain, comme ce le fut avec succès dans ce même pays, quand il s’est agi de déboulonner Michel Djotodia.

 PARANOÏA FRANÇAISE

Comme l’explicite Noël N’dong dans Les Dépêches de Brazzaville : Sur la crise centrafricaine, la présence militaire russe et les livraisons d’armes à Bangui ne sont pas appréciées par la France.
Le président centrafricain, Faustin-Archange Touadera avait confirmé “officiellement l’engagement et les responsabilités des conseillers russes” dans le pays.
Dans une récente publication du Monde intitulée ” La Centrafrique, un pion sur l’échiquier russe”, il est fait allusion à l’intention» de Moscou de “s’emparer” de la Centrafrique.
On évoque des livraisons d’armes et la présence de formateurs russes, la participation supposée de l’homme d’affaires russe Evgueni Prigojine à la réunion des chefs des principaux groupes armés qui a eu lieu à Khartoum, en août dernier.

L’expert russe, Nikolaï scherbakov, pense que l’inquiétude de la France n’est pas liée à la présence russe, “mais au fait que la Centrafrique, habituée à collaborer avec la France, a procédé à un changement d’orientation”.

Dans ce contexte, ” les Français ne voudraient pas que quelqu’un d’autre affiche des ambitions concernant les territoires traditionnels qu’ils ont tellement longtemps administrés (…).
Et même s’ils ne les administrent plus, ils continuent en tout cas de collaborer avec eux à leur avantage, ils ne le font pas par pure charité”, a-t-il conclu.

© Décembre 2018 – LAMINE MEDIA

Imagine your best photo ever
To Top