FAITES UN DON A OCHA RCA
Analyses

Centrafrique : FOOTBALL/Les Fauves n’ont plus de crocs

Français | English

Le football centrafricain, en clubs comme en Equipe nationale, un fantôme sur le plan continental

Fernando CANCIO

LISBONNE [LNC] – L’équipe nationale centrafricaine ne serait-elle qu’un feu de paille, toujours sujet de déception de ses nombreux fans ? Résumé visuel d’une politique sportive toujours à la traîne en RCA.

Ainsi, pour la cinquième fois consécutive, les fauves du Bas-Oubangui auront failli pour la qualification à la phase finale de la CAN – organisée pour cette session au Cameroun voisin en 2019 – la plus importante compétition continentale.
Dernièrement, le match nul 2-2 entre la RCA et le RWANDA, couplé au nul également entre la Côte d’Ivoire et la Guinée-Conakry dans le groupe H aura eu raison des dernières illusions des fauves dans cette course à la CAN 2019.

ET POURTANT….

Comme l’explique le chroniqueur sportif de Radio Ndeke Luka : “Depuis le retour des Fauves du Bas-Oubangui sur la scène internationale en 2009, avec un succès à domicile lors de la coupe de la communauté économique et monétaire des états de l’Afrique centrale, l’équipe a enregistré des victoires surprenantes contre certaines grandes nations africaines, comme par exemple l’Egypte, 3 fois champions d’Afrique, l’Algérie, le Burkina-Faso, la RD Congo et l’Angola.”

CAUSES DES MAUX ?

En 2016, l’entraîneur Eric MAZOUNGOU faisait déjà à LNC ce constat sur l’équipe nationale masculine de football : “Le problème est global, il faut tout revoir, dans la composition, dans la constitution, dans la pensée même du football.
Il faut essayer de mettre à plat les problèmes et restructurer le football à partir d’en bas.
Il est évident qu’aujourd’hui, on a des joueurs qui sont pratiquement des professionnels à l’extérieur. Mais quand ils arrivent, on n’a pas les structures et même les moyens adéquats pour les mettre dans les meilleures conditions.
Par rapport au pays, je pense qu’il faut tout revoir de fond en comble.”

Pour l’ex fauve Magloire LAMINE : “Le problème en plus d’être structurel est culturel. Déjà, il n’existe que le championnat de la République de Bangui, rien en National. Et tant que les politiciens ne comprendront pas que les sportifs ne sont pas là pour faire leur auto-promotion, par l’organisation des coupes de ceci et des coupes de cela, il n’y aura pas de suivi des performances sportives. Et enfin, tant que certaines personnalités décriées pourtant seront à la tête de la fédération, ce sera un repoussoir pour les investisseurs.”

© Novembre 2018 – LAMINE MEDIA

Imagine your best photo ever
To Top