FAITES UN DON A OCHA RCA
Afrique

Togo : Touadera à Lomé pour le sommet CEDEAO-CEEAC

Français | English

Fernando CANCIO

LOME [LNC] – Un sommet entre les deux entités sous régionales issues de la colonisation française et du franc CFA au Togo, Faustin TOUADERA ne pouvait pas rater cette aubaine pour aller y prendre l’air. Sommet à la base inter-ministériel en prélude, avec des chefs d’état n’arrivant que le Samedi. Mais FAT n’a pas perdu de temps, déjà là dès Vendredi, avec son ministre des affaires étrangères, plus légitime lui ce jour là.

Donc, en prélude de ce sommet conjoint des Chefs  d’Etat et de gouvernement  de la Cedeao-Ceeac,  prévu pour  ce lundi 30 juillet à Lomé, une session ministérielle de  ces deux organisations  a eu lieu  Samedi  28 juillet.

Piloté par le  Chef de la diplomatie togolaise Robert Dussey, ce dernier dès Vendredi accueillait les délégations étrangères, notamment celles du Nigeria, de Centrafrique, de Guinée, du Congo Brazzaville et du Niger. Et de même le président de la Commission de la CEDEAO,  l’Ivoirien Jean-Claude Brou.

UN SOMMET SUR LE TERRORISME ET L’EXTREMISME VIOLENT

Ce sommet conjoint réunissant les deux grandes organisations régionales, CEDEAO (Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest) et CEEAC (Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale) porte sur  la préservation de  la paix, la  lutte contre la radicalisation,  l’extrémisme religieux et l’extrémisme violent.

Mais en vérité, un simple prétexte pour Faure Essozimna Gnassingbé, le très contesté président togolais, fils de papa, de se refaire la cerise sur le plan international et surtout continental.

Robert Dussey le centrafricain

Robert Dussey le ministre togolais des Affaires étrangères est un Centrafricain de cœur. Il a grandi à Bangui, et parle couramment le Sangö, la langue nationale centrafricaine.

Ce qui explique qu’en marge de ce sommet, hier Dimanche, avec son homologue  Charles Armel Doubane, ils aient signé ensemble un document consacrant un grand rapprochement bilatéral entre les deux pays.

Désormais, plus de visa pour aucun des citoyens des deux pays à quelque niveau que ce soit. Les ressortissants du Togo et du Centrafrique, détenteurs de passeport diplomatique, de service ou ordinaire, pourront, désormais, entrer, sortir ou transiter via l’un des deux pays, sans visa. S’y ajoutent des facilités pour le commerce, avec des taxes douanières réduites à minima.

Fernando CANCIO à Lomé pour LNC

© Juillet 2018 – LAMINE MEDIA

Imagine your best photo ever
To Top