FAITES UN DON A OCHA RCA
Analyses

Analyse/Centrafrique : Touadera an II, le numéro de claquettes des “Touaderateurs”

Français | English

Fanny MINAO-N’DIAYE

BANGUI [LNC] – Depuis des mois, les communicants du président avaient bien préparé leur affaire. Avec pour objectif, tout mettre en œuvre pour distraire l’attention populaire de l’échec déjà cuisant du cher professeur de mathématiques, en créant des contre feux médiatiques séduisant. Mais plus habilement, en construisant pièce par pièce une stature de crédibilité et d’assise. Plus de 800 millions de FCFA seront détournés du Trésor public à cet effet.

Le long bras de fer, toujours actif entre TOUADERA et MECKASSOUA au perchoir du Parlement leur avait déjà donné des idées. Il fallait neutraliser ce nid d’empêcheurs à comploter en rond, et prendre d’assaut le parlement par tous moyens. Objectif évident, faire des députés des godillots, qui voteront les yeux fermés certaines lois limites de la présidence, en rapport avec des contrats miniers juteux espérés.

Pour cela, profitant du renouvellement annuel du Bureau de l’Assemblée, une originalité très centrafricaine, un coup fut fomenté, dans la plus pure tradition des pratiques mafieuses d’Al Capone.

Un des ministres conseillers, très connu sur les réseaux sociaux sera à la manœuvre pour la corruption de 90 députés, amenés à Boali. Un million de F CFA par député suffira à faire basculer l’affaire dans le “bon sens”. Près de 100 millions de F CFA seront détournés des recettes des taxes pour alimenter l’affaire.

LIRE AUSSI : Centrafrique : Avec 90 députés corrompus, TOUADERA prend la main sur le Parlement

Corollairement, pour la bonne image, 110 autres millions seront encore détournés, pour selon les conseillers, ancrer Touadera au symbole du pays, Barthélémy Boganda.  L’idée simple pour marquer les esprits, “protéger le fondateur du pays de la pluie”.  Dès lors, un “toit” est construit sur la statue. Mais certains ministres pourtant proches du président trouvent cela irresponsable, au moment ou plus de la moitié du pays crie famine. Même Henri DONDRA le ministre des finances, un fidèle parmi les fidèles toussera.

Déconnecté des réalités, TOUADERA va déconstruire tout l’assemblage orchestré, par une phrase malheureuse lors de son discours à la nation le 3o mars. Un discours en décalage sur la réalité de ses actions, que ses griots voulaient justement cacher, en œuvrant pour faire tourner les regards ailleurs.

“Ma priorité et l’impératif que j’ai assignés au Gouvernement demeurent toujours la paix, la sécurité sur l’ensemble du territoire et la réconciliation nationale.” 

Ce qu’il ne fallait pas dire….

Etrange discours d’ailleurs, dans lequel pas un mot ne sera consacré au peuple qui souffre. A ceux qui n’ont plus de toits sur leurs têtes, à ceux qui ont été violemment assassinés, à ceux qui sont exilés, réfugiés, à ceux qui ont faim.

Mais un discours électoraliste ancré sur lui-même. Un suicide politique sans s’en rendre compte.

Et pourtant, il y’avait bien longtemps que nous n’avions été à pareille fête. Tout devait être parfait, dans la plus pure tradition Nord coréenne à la gloire de la tête de gondole.

Des millions là encore puisés sur le Trésor serviront à fabriquer des milliers de calicots, à imprimer des tee-shirts et des casquettes à l’effigie du héros du jour. Des milliers de figurants racolés dans tous les coins de la capitale et sa banlieue, à coups de 3.000 F CFA chacun, pour les convaincre de venir remplir le “stade 20.000 places” et y faire la claque.

Les “touadérateurs” auront au moins réussi leur show, aux frais du pays, par le détournement de son peu de richesse financière.

LE PEUPLE EST-IL IMBÉCILE ?

Dénaturer le réel par des mises en scène de succès, n’est-ce pas là un aveu de faiblesse ?

Vilipender les lucides qui osent critiquer, n’est-ce pas là un aveu de faiblesse ?

Mais jusqu’à quand l’aveuglement égotique ? Le pays étant déjà hors des radars du monde.

Car dans les coulisses de la fête, il y a les morts par milliers….

© Avril 2018 – LAMINE MEDIA

Imagine your best photo ever
To Top