FAITES UN DON A OCHA RCA
Région

Centrafrique : BOUAR (Nana-Mambéré), le programme “Projets de Réduction de la Violence Communautaire (RVC)” se généralise dans la région

Français | English

Justin BELONGO

BOUAR [LNC] – L’ONU dans trois pays où sont déployés ses casques bleus, au Mali avec la MINUSMA, au Congo (RDC) avec le MONUSCO et en Centrafrique avec la MINUSCA, y fait un copier coller d’un de ses programmes de sortie de crise dénommé “Projets de Réduction de la Violence Communautaire” ou  RVC.

En effet, selon l’ONU, “le Programme national de DDRR envisage de désarmer, démobiliser et réintégrer dans la vie socio-économique les ex-combattants de différents groupes armés qui répondent à deux critères d’éligibilité tels que stipulés dans l’Accord de Bangui sur les Principes du DDR et de l’Intégration dans les Corps en Uniforme du 10 mai 2015, c’est-à-dire être membre d’un groupe armé et remettre une arme de guerre en état de marche ou non.”

AMPLIFICATION DANS LA NANA-MAMBÉRÉ

Ainsi,  bénéficiant d’un budget de 237,5 millions de F CFA, ce programme, durant 3 mois, va être mis en application dans 8 sites de formation répartis dans tout le département. 850 ex membres de groupes armés, ayant satisfait aux exigences précitées, vont être formés dans des domaines susceptibles d’être des sources de revenus, comme l’élevage, l’agriculture, ou la mécanique.

Ils vont être répartis sur 8 sites de la préfecture. C’est dans le cadre du projets de Réduction de la Violence Communautaire (RVC). L’implication La section du DDR de la MINUSCA de Bouar a pu préalablement en moins d’un mois, recevoir des ex combattants, 837 armes artisanales, 49 grenades, ou encore 10 roquettes et autres armes offensives.

Herve Hesse, le Chef du projet Réduction de Violence Communautaire (RVC)  à la section DDR de la MINUSCA explique : « Il y a des personnes qui ne répondraient pas à ces critères mais qui sont associées aux violences par une participation plus ou moins active. […] Il s’agit d’offrir à ces éléments des opportunités de formation et de travail adaptées à leur qualification et au marché économique local sous la forme d’Activités Génératrices de Revenus (AGR), ainsi que de les soutenir dans le lancement et le développement de leurs activités et leur apprentissage professionnel».

Anatole Clément BANEM, le coordonnateur régional du DDR secteur Ouest de la Minusca en fait un résumé sur le local dans une interview :

– Les Buts ?

La première des choses, c’est de leur permettre d’apprendre un métier pour eux-mêmes. La seconde, c’est que cela leur permettra de  participer au développement de leurs communautés d’abord, et au développement de leur pays ensuite. Et bien évidemment la troisième chose, c’est que eux-mêmes, vont bénéficier d’activités génératrices de revenus, qui leur permettront de se mettre au diapason de leurs autres confrères qui travaillent dans les bureaux. »

– Votre philosophie ?

Nous faisons tout ce qui est en notre pouvoir, pour que les armes n’existent plus. Que les gens dans les communautés aient la paix, la tranquillité; qu’ils vivent dans la quiétude, qu’ils n’aient pas peur. Les armes n’amènent que 3 choses : Elles vous tuent, on vous arrête le moment venu et on vous envoie en prison, et la troisième chose, c’est la fuite.

© Mars 2018 – LAMINE MEDIA – RADIO SIRIRI

Imagine your best photo ever
To Top