FAITES UN DON A OCHA RCA
Afrique

Afrique : CEMAC, Idriss DEBY punit TOUADERA

Français | English

Albert Mahamat FALL

N’DJAMENA [LNC] – Décision unilatérale du président tchadien, président en exercice de la commission le 19 février dernier, et entrant maintenant en application. Quatre mois après son retour à Bangui, le siège de l’union migre à Malabo en Guinée Equatoriale. En arrière plan, la volonté de DEBY de régler ses comptes avec TOUADERA, qu’il avait déjà dénoncé au Conseil de Sécurité de l’ONU dernièrement, pour collusion avec des chefs criminels Anti-Balaka, pourtant sous sanctions onusiennes, qu’il finance avec les deniers de l’Etat centrafricain. Ce qui aura alimenté le “bashing” anti Touadera à l’ONU.

Le célèbre vent MAÏGARO de BOUAR souffle à plein régime sur la tête de Faustin TOUADERA depuis plusieurs semaines. Et le président tchadien en est un des souffleurs les plus actifs.

Car si à l’ONU récemment TOUADERA et sont gouvernement ont été ridiculisés, les missiles fournis étaient en partie fournis par le TCHAD, manifestement en guerre ouverte contre la présidence Touadera.

Dernière brimade donc, Deby, profitant de sa position de chef actuel de la CEMAC pour en ajouter une couche sur la tête de la tortue de Bangui, en relocalisant le siège de la CEMAC à Malabo, avec la complicité des autorités équato-guinéennes, elles aussi toutes heureuses de trouver une occasion idoine, de se venger de Bangui.

Raison officielle de ce revirement fournie à LNC par la CEMAC. Un prétexte fallacieux. Les 50 cadres de la CEMAC ne seraient logés à Bangui que dans des hôtels provisoirement, et non dans des résidences adéquates. 

LES RAISONS D’UNE RANCUNE TENACE

Comme nous le publions en juin 2017, le Président tchadien IDRISS DEBY ITNO avait toujours en travers de la gorge l’accablant rapport de 400 pages de l’ONU, divulgué le 30 mai 2017, accusant l’armée tchadienne d’avoir commis 620 cas d’exactions en RCA entre 2003 et 2013.

TOUADERA “sifflé” à N’Djamena à l’époque pour venir s’expliquer, n’était pas parvenu au Palais Rose à convaincre le monarque tchadien.

A cela s’ajoute la crise sécuritaire en Guinée équatoriale, attribuée aux centrafricains, que DEBY a su très habilement exploiter pour enfoncer plus encore la tête de Touadera dans la latérite.

© Mars 2018 – LAMINE MEDIA

Imagine your best photo ever
To Top