FAITES UN DON A OCHA RCA
Société

Centrafrique : Bangui, cacophonie administrative, l’ONASPORT n’en fait qu’à sa tête

Français | English

Albert Mahamat FALL

BANGUI [LNC] – Une des situations ubuesques dont la ville de Bangui semble détenir le secret. Une structure étatique contredite par une autre structure étatique, autant dire une administration dans l’administration. Bienvenue au “Banana land”.

Une histoire digne des meilleurs dessins animés de Tex Avery

Depuis plusieurs semaines, les banguissois voyaient leur curiosité piquée par d’étranges chantiers de construction tout autour du Complexe sportif B. BOGANDA, que les locaux ont pris l’habitude de dénommer “Stade 20.000 places”. Et de s’interroger, et de protester ou de critiquer. Néanmoins, nul n’en savait ni les causes, ni la finalité, ni encore moins les auteurs.

Aucun panneau rassemblant comme il se doit les informations relatives à l’ouvrage n’étant existant.

Le dossier a fini par faire sortir le ministère Le ministère de l’urbanisme et de l’habitat de sa sieste. Et son directeur de cabinet, d’expédier le premier citoyen de la ville Emile Gros Raymond Nakombo pour aller s’enquérir des faits.

This slideshow requires JavaScript.

L’EXPLICATION

Renseignements finalement pris, il s’est avéré que ces ouvrages étaient l’œuvre de l’Office National de Promotion et de Gestion des Infrastructures Sportives Publiques (ONASPORT), qui avait décidé de jouer au bâtisseur anarchique de son propre chef. Dans une inconscience ou peut être une naïveté, voire les deux, son directeur Nicaise Martial Singa Saragba justifie la chose :

“[..] lors des matchs internationaux, le stade devient poreux, car le public préfère passer à travers les barres de fer, ou escalader la concession en structure métallique pour y accéder. La construction de ces kiosques nous permettra de pouvoir palier à cette défaillance d’accès. C’est un projet qui a pour objectif d’abord de protéger les infrastructures sportives, et pour ensuite générer des finances pour la gestion du complexe sportif.”

Qui lui en avait donné l’autorisation ? Une interrogation vite résolue par le directeur de cabinet du ministère de l’urbanisme, au retour du maire après sa visite inquisitrice.  Il a tout simplement été décidé de suspendre ces nouvelles constructions, édifiées dans une joyeuse anarchie.

Le Mayor de la ville fait son rapport : “La structure de l’Etat qui accorde les permis de construire dans ce pays, c’est le ministère de l’habitat et de la ville. ll (le directeur de cabinet) a été très clair avec la direction de l’ONASPORT, en lui disant qu’il fallait arrêter toutes constructions. Et revenir vers  le ministère pour que l’on puisse voir ce qu’il y a lieu de faire. Car il faut que tout soit fait en respectant les règles du jeu. Ce sont les instructions fermes et rigoureuses qui ont été données par le directeur du cabinet en notre présence.”

© Février 2018 – LAMINE MEDIA

Imagine your best photo ever
To Top