FAITES UN DON A OCHA RCA
Lu ailleurs

Centrafrique : Dans Le Nord-Est Une partition de facto

C’est le territoire des anciens chefs de la rébellion Séléka, qui règnent sur toutes les villes et les routes de la région. Et qui se sont entre-tués, aussi, pour le contrôle des minerais et des check-points du «circuit soudanais» décrit par l’étude de l’Ipis : «Il s’agit d’échanges de produits manufacturés du Soudan (de première nécessité mais aussi d’armes) dans un sens, et des ressources naturelles centrafricaines dans l’autre ; principalement le café, mais aussi le bambou et les minerais.

Au total, les commerçants soudanais rapportent aux ex-Séléka au moins 2,38 millions d’euros par an.» Dans le Nord-Est, l’Etat centrafricain n’est qu’un lointain souvenir : les groupes armés ont mis en place leur propre administration parallèle.

Bria, l’ancienne «capitale du diamant» et la plus grande localité de la zone, est aujourd’hui une ville morcelée. Chaque communauté s’est retranchée dans son quartier ou, dans le cas des chrétiens, dans le camp de réfugiés qui flanque la base des Casques bleus. «On y trouve des factions de presque tous les principaux groupes armés du pays», note le rapport de l’ONU. Le plus puissant est le Front populaire pour la renaissance de la Centrafrique (FPRC), allié au Mouvement patriotique pour la Centrafrique (MPC) et, contre toute attente, à des chefs anti-balaka. Mais, comme à l’échelle nationale, la tendance est à la fragmentation du conflit. Le FPRC s’est notamment divisé, selon des lignes ethniques, sur l’opportunité de pactiser avec les chrétiens et animistes qu’ils ont longtemps combattus.

En début d’année, leur chef, Noureddine Adam, a laissé planer la menace d’une offensive en direction de la capitale, estimant que le gouvernement «s’approche de la ligne rouge». «Un jour, on va devoir prendre nos responsabilités pour libérer le pays», a-t-il déclaré depuis son fief de Birao, à la frontière soudanaise. «Nous en sommes au même point qu’en 2012», quand la coalition rebelle de la Séléka – dont il est cofondateur – s’apprêtait à marcher sur Bangui pour prendre le pouvoir.

Source : Libération

Imagine your best photo ever
To Top