FAITES UN DON A OCHA RCA
Politique

Centrafrique/POLITIQUE : Quand Bendounga fait le cruel audit de Touadera [Pdf]

Français | English

Gilles Deleuze

PARIS [LNC] – Ce ne sera jamais du côté de Joseph Bendounga le tumultueux président du Mouvement Démocratique pour la Renaissance et l’Evolution de Centrafrique (MDREC) que Faustin Touadera pourra espérer trouver un allié. Tout au contraire. Et si son vrai opposant c’était Bendounga, et non l’auto-proclamé comme tel Dologuélé ?

Joseph Bendounga n’a jamais détecté le moindre talent politique, voir tout simplement de lueur d’intelligence chez Faustin TOUADERA. Et bien encore moins comme étant un président de la république crédible.

Car depuis l’investiture de celui qu’il qualifie en privé de “clown au pouvoir”, il n’a eu de cesse de le harceler avec toutes les armes démocratiques à sa disposition : Dénonciations publiques, plaintes devant le Conseil d’Etat, encore récemment en novembre dernier.

Là, c’est à travers un sévère pamphlet qu’il vient de publier, qu’il charge Touadera de nouveau de tous les noms d’oiseaux tropicaux possibles, en le traitant entre autres joyeusetés, de “Médecin après la mort”.

Et de dresser un lugubre bilan de l’ère Touadera, à quelques jours de la fin de sa deuxième saison au Palais : «[…] 2018 commence déjà très mal. En six semaines seulement, plus de 1.000 personnes tuées, 120.000 déplacées, 10.000 exilés, 3.000 maisons brûlées, sans compter les blessés, […] ».

Mais les partenaires et alliés de FAT ne sont pas non plus oubliés dans sa diatribe, ou encore l’ex-allié devenu opposant déclaré qu’est Karim Meckassoua, qu’il qualifie “d’un des maux qui gangrènent le pays.”

La nation part à vau-l’eau pour Bendounga. Constat qu’il illustre en détaillant de nombreuses affaires mal traitées ou des effets d’annonce gouvernementales jamais aboutis : Relance économique en berne, démagogie du pouvoir, l’opaque coopération centrafricano-soviétique, etc… Et d’en appeler à un sursaut de la « conscience nationale ».

Au moins une constante chez Joseph Bendounga, l’homme qui ne fait jamais de compromis a toujours oublié de tenir sa langue. Et de continuer de balancer, quels qu’en soient les risques. Surtout en ces temps ou l’actuel pouvoir tente par tous les moyens de faire taire les voix contraires à sa si grande politique, par menaces, chantages au porte monnaie (pour la presse) et autres manœuvres d’intimidation.

MDREC

© Février 2018 – LAMINE MEDIA

Imagine your best photo ever
To Top