unicefpub
Dossier

DOSSIER : Basket centrafricain, Objectif Coupe du Monde 2019

Max Kouguère avait songé prendre sa retraitre internationale après le FIBA AfroBasket 2015, mais il était réapparu l’an passé

Français | English

FIBA Basketball World Cup 2019 African Qualifiers

Les joueurs de la République centrafricaine (CAF) voient les prochains matches des Éliminatoires pour la Coupe du Monde FIBA 2019 comme une belle opportunité d’offrir à leurs fans une raison de se réjouir.

À tel point que la semaine dernière, les joueurs, les coaches et la fédération nationale de basket-ball du pays se sont entendus pour établir une planification de la préparation qui verra le coach Ulrich Marida diriger un premier camp d’entraînement dans la capitale Bangui.

A Dossier gathered by Sofia Van De Broeck -LNC

Selon la fédération, la première phase de la préparation inclura des joueurs évoluant au pays, tandis que ceux jouant à l’étranger rejoindront le groupe ce mois-ci à Sousse, en Tunisie, où les anciens champions d’Afrique poursuivront leur préparation avant de se rendre à Maputo, au Mozambique.

Ulrich Gabin Isidore Marida (CAF)

Ulrich Gabin Isidore Marida (CAF) – Central African Republic v Morocco, 2017 FIBA AfroBasket Final Round, Dakar(SEN), Group Phase, 8 September 2017

Du 23 au 25 février, la CAF affrontera le Mozambique, le Sénégal et la Côte d’Ivoire dans le cadre de la première manche du Groupe D des Éliminatoires Zone Afrique.

Max Kouguere, William Kossangue et Jimmy Djimrabaye – les éléments les plus influents de la sélection qui jouent tous trois en France – devraient rejoindre leurs coéquipiers mi-février à Sousse, en Tunisie. Le coach Ulrich Marida a convoqué un groupe de joueurs emmené par Kenzo Kamayengue, Rodrigue Stéphane Bereke, Francky Mbombo et Morel Lenguewane.

Hamet Doucoure, Aime Gueret Gandao, Yann Gouzy, Kenzo Kamayengue, Morel Lenguewane, Francky Mbombo, Jean Ghislain Nganafio, Freddy Ngbonga, Pierric Ngboya, Jimmy Tenekouezoa, Christopher Bissengue, Rodrigue Bereke Kabylo, Daruis Mingala, Frederic Tanguy Samedi.

Kamayengue, Bereke, Mbombo, et Lenguewane se sont avérés extrêmement précieux lors des Éliminatoires pour le FIBA AfroBasket 2017, même s’ils n’ont par la suite pas pris part à la phase finale en septembre.

Programme de la préparation des Fauves pour Maputo (23 au 25 février) :

Du 29 janvier au 10 février: Préparation à Bangui avec le staff technique et les joueurs locaux.

10 février: Départ pour Tunis/Sousse pour stage (pour tous les joueurs y compris les expatriés)

Du 11 au 21 février: Stage à Sousse. Entraînements et matches amicaux.
21 février: Départ de Tunis pour Mozambique.
Du 21 au 22 février: Entraînements à Maputo.
Du 23 au 25 février: Matches Aller des éliminatoires.
26-27 février: Retour Home (France, RCA, USA,..

“Nous attendons ces Éliminatoires [Zone Afrique] depuis septembre dernier,” explique l’ailier William Kossangue à FIBA.basketball, ajoutant que “c’est une grande opportunité pour faire changer les choses.”

La CAF a terminé le FIBA AfroBasket 2017 sur un bilan de 1-2, insuffisant pour se qualifier pour les quarts de finale.

William Kossangue

“Nous sommes impatients de débuter ces Éliminatoires et de donner à nos compatriotes une raison de rester positifs, en dépit de la situation sociale très instable de notre pays ces dernières années,” souligne Kossangue.

Joueur clé de son équipe nationale, Kossangue – qui a tourné à 8.7 points et presque 2 assists de moyenne par match à l’AfroBasket 2017 – insiste sur le bon moral de la sélection et il affirme que l’équipe fera tout pour finir à l’une des trois premières places de ce Groupe D, synonymes de participation au second tour des Éliminatoires à 12 nations.

“Quand je reçois une convocation en équipe nationale, je suis toujours prêt à représenter mon pays. J’ai parlé avec mes coéquipiers en sélection et tout le monde est excité de relever ce nouveau défi. Le dernier AfroBasket ne s’est pas passé comme nous le souhaitions, mais cette fois ce sera différent, parce que nous sommes dans les temps avec notre préparation. Et nous avons aussi quelques nouveaux joueurs,” précise Kossangue, qui porte le maillot du club de Stade de Vanves en Nationale 2 française.

“NOUS VOULONS NOUS QUALIFIER POUR LA COUPE DU MONDE [2019], PARCE QUE NOUS AIMERIONS QUE TOUT LE MONDE SACHE QUE NOTRE PAYS ADORE LE BASKET-BALL .”

– Kossangue

Avec le nouveau système de compétition FIBA, l’Afrique aura cinq représentants à la Coupe du Monde FIBA 2019 en Chine à 32 équipes.

Kossangue estime qu’ils sont en mission : “Nous voulons nous qualifier pour la Coupe du Monde [2019], parce que nous aimerions que tout le monde sache que notre pays adore le basket-ball et que nous avons les moyens de rivaliser avec les meilleures nations.”

De son côté, Max Kouguèré – meilleur marqueur de sa formation au FIBA AfroBasket 2017 (14 points par match) – pense que la nouvelle génération de la CAF est capable de réécrire l’histoire sportive du pays.

“Notre équipe joue ensemble depuis quelques temps déjà, et nous croyons en nos chances d’aller en Chine,” lance-t-il.

Bien que la République centrafricaine a pris part une fois aux JO (1988), elle n’a plus participé à une Coupe du Monde FIBA depuis 1974.

_________________________________________________

Pour Johan Grebongo, les Éliminatoires Zone Afrique pour la Coupe du Monde FIBA 2019 vont bien au-delà du basketball. L’ailier-fort de la République centrafricaine (CAF) espère pouvoir en profiter pour rendre heureux – en gagnant des matches – ses compatriotes.

L’objectif ultime pour Grebongo et la CAF serait de retourner à la Coupe du Monde, une compétition à laquelle le pays n’a plus participé depuis 1974.

“Ce que je me dis quand on me signale que nous n’avons plus figuré dans cette compétition depuis 1974 est simple : nous avons une chance d’y prendre part une seconde fois, et même plus,” dit Grebongo, qui a disputé quatre FIBA AfroBaskets – le premier en 2011, alors qu’il n’avait que 17 ans.

La route de la CAF pour la Chine en 2019 débutera à la fin du mois au Mozambique, avec comme adversaires dans le Groupe D le Sénégal, la Côte d’Ivoire et le Mozambique.

“Nous sommes dans un groupe difficile, mais nous allons au Mozambique avec l’ambition de nous qualifier pour la seconde phase des Éliminatoires Zone Afrique pour la Coupe du Monde,” note-t-il.

L’intérieur de 2.06m, qui joue en France dans le club de l’AS Saint-Maurice Pfastatt, est conscient de la tâche qui les attend. “Pour avoir du succès, nous devons impérativement évoluer à notre meilleur niveau et afficher un esprit conquérant,” souligne-t-il.

Johan Grebongo

Le natif de Bangui estime que l’équipe a tiré ses leçons du FIBA AfroBasket 2017, où elle s’est inclinée contre le Maroc et l’Angola, et a gagné contre l’Ouganda.

“Nous avons beaucoup appris au FIBA AfroBasket 2017. Nous aurions dû mieux nous préparer et faire jouer nos remplaçants quatre ou cinq minutes pour permettre à nos leaders de se reposer,” se rappelle Grebongo.

Même s’il fréquente la sélection nationale depuis 2011, le joueur de 23 ans se considère toujours comme l’un des jeunes de l’équipe en terme de leadership.

LES CLÉS DE LA QUALIFICATION POUR LE DEUXIÈME TOUR SERONT NOTRE SOLIDARITÉ ET NOTRE DÉTERMINATION. NOUS NE JOUONS PAS JUSTE POUR GAGNER, NOUS JOUONS POUR REDONNER LEUR SOURIRE À DES GENS QUI SOUFFRENT DEPUIS PLUS DE CINQ ANS.” – Grebongo

“Le chemin pour devenir un leader indiscutable de l’équipe est encore long,” admet-il. “Je sais que mon rôle est très important. Je dois faciliter la transition entre l’ancienne et la nouvelle générations. Je dois transmettre aux nouveaux joueurs les vraies valeurs de l’équipe nationale. C’est pourquoi je suis continuellement à l’écoute de mes aînés comme Max [Kouguere], Mike [Mokongo], William [Kossangue] et Jimmy [Djimrabaye]. Et j’apprends toujours en les côtoyant, quand bien même ils comptent beaucoup sur moi.”

Les joueurs de la CAF devront produire leur meilleur basket-ball s’ils veulent atteindre la seconde phase des Éliminatoires.

“Les clés de la qualification pour le deuxième tour seront notre solidarité et notre détermination. Nous ne jouons pas juste pour gagner, nous jouons pour redonner leur sourire à des gens qui souffrent depuis plus de cinq ans,” précise Grebongo.

“Atteindre la Coupe du Monde serait une énorme satisfaction pour notre pays tout entier, en quête de joie, bonheur, paix et cohésion sociale. Le sport a le pouvoir de réaliser des miracles.”

Source : FIBA

Imagine your best photo ever
To Top