unicefpub
Politique

Centrafrique : Antonio Guterres au paradis !

Reportage de Fernando Cancio & Marie-Pierre Coppens

BANGASSOU  [LNC] – Complètement hors du temps, dans un camp improvisé de réfugiés au sein de l’évêché de Bangassou, il a osé dire : “Ici on voit le paradis, le vert du paradis. Il ne faut pas que les hommes fassent du (de ce) paradis un enfer.” Un anachronisme de la part du Secrétaire général de l’ONU, dans un contexte de violence, de haine de l’autre, de famine et de défaut d’aide humanitaire. Ici, Il est venu, il a vu, mais très prudemment, il n’a rien promis. Bangassou au moins a pu voir les soldats marocains en tenue de parade.

Rencontre expresse GUTERRES – TOUADERA ce matin au palais de la Renaissance. 30 minutes chrono, et pas plus. Avant de se quitter sur des déclarations mutuelles de 10 minutes chacun. Protocole protocole, mais il en a transpiré ce matin que les rapports entre les deux hommes étaient cordialement froids, voire distants concernant le SG de l’ONU, en dépit des sourires de façade. Avec un Faustin Touadéra transparent comme à l’habitude, et apathique.

Discours très “Présidentiel” de Guterres durant la courte conférence de presse, en remplaçant tout simplement dans le ton, le contenu, la crédibilité, et la conviction, son hôte de la matinée :

Conf de presse_Gutteres

Mais Guterres n’a pas traîné chez Touadéra, car avant même 13 h, il avait déjà pris son avion pour rejoindre Bangassou, sans Touadéra. Accompagné seulement de Jean-Pierre Lacroix, le Secrétaire Général Adjoint des Nations Unies aux Opérations de Maintien de la Paix et de Najat Rochdi, sa représentante spéciale adjointe en République Centrafricaine, de Parfait Onanga-Anyanga, le représentant spécial du secrétaire général de l’ONU en Centrafrique et chef de la MINUSCA. Plus Balla Kéita le chef militaire et d’autres fonctionnaires de la MINUSCA.

TENTER L’IMPOSSIBLE VŒU PIEU

This slideshow requires JavaScript.

Le choix de Bangassou dans le Sud-Est du pays n’est pas un fait hasardeux de la part de Gutteres. Cette ville qui est en proie à des violences intercommunautaires inouïes depuis le mois de mai dernier, est totalement dérégulée, avec des milliers de déplacés et plusieurs centaines de morts, dont neuf casques bleus.

Après avoir déposé une gerbe de fleurs en mémoire des casques bleus tués, Antonio Guterres a de nouveau appelé à un renforcement des capacités militaires de la MINUSCA. “J’ai demandé au Conseil de Sécurité, un renforcement de cette force.”

Visite du camp de la MINUSCA, il a aussi rencontré les autorités locales et la population. Une population, notamment sa communauté musulmane, toujours constamment sous la menace des animistes Anti-Balaka.

BIENVENUE AU PARADIS !

English version

© Octobre 2017 – LAMINE MEDIA

Imagine your best photo ever
To Top