unicefpub
Lu ailleurs

Centrafrique : MINUSCA, plombée par des agressions sexuelles systématiquement étouffées par Onanga-Anyanga

j.Louis Verdier

DES MAURITANIENS DE LA MINUSCA SOUPÇONNÉS DE VIOLS DE MINEURS

Quand vous êtes pauvre, vos plus faibles, à savoir les femmes et les enfants sont taillables et corvéables à souhait. La MINUSCA n’y fait pas exception. Des multiples cas de viols signalés à la MINUSCA – au moins 600 cas recensés par LNC. Jamais enquête ne fut diligentée à propos, nonobstant les promesses mensongères de Parfait Onanga-Anyanga leur patron, pour des suivis et des enquêtes. Comment comprendre que ceux censés être là pour vous sauver puissent-ils être les bourreaux de vos plus fragiles ? Evidemment, le terrain s’y prête. Faustin TOUADERA le nommé président du pays, polygame notoire s’en fiche. ~ LNC

En 2016, 120 Casques bleus congolais avaient déjà été renvoyés chez eux après des allégations d’agressions sexuelles.

Une jeune femme, âgée de 16 ans selon l’ONU, 19 selon Amnesty international, affirme avoir été droguée et violée par un ou des Casques bleus en Centrafrique, ont indiqué mercredi les deux organisations.

Des membres de la Mission de l’ONU en Centrafrique (Minusca) ont déjà été accusés dans le passé d’abus sexuels. Le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, qui doit effectuer prochainement une visite en Centrafrique et s’entretenir avec des victimes, a édicté une tolérance zéro à ce sujet.

Ce nouveau cas de viol se serait produit le 30 septembre à Bambari, dans le sud du pays, selon le porte-parole de l’ONU, Stephane Dujarric. L’ONU a réclamé une enquête au pays d’origine des Casques bleus suspectés, a précisé le porte-parole. En vertu des règles en vigueur aux Nations unies, il revient au pays contributeur en Casques bleus d’enquêter et de sanctionner le cas échéant les crimes imputés à ses militaires.

Des soldats de Mauritanie soupçonnés

Selon Amnesty international, les Casques bleus suspectés du nouveau cas de viol viennent de Mauritanie. La victime a raconté avoir été droguée en buvant un thé à un point de contrôle et s’être réveillée plusieurs heures après presque nue. La Minusca, déployée depuis 2014 en Centrafrique, compte quelque 12 000 militaires.

En juin, un bataillon de plus de 600 soldats du Congo-Brazzaville avait été renvoyé dans ce pays après des accusations d’agressions sexuelles et de divers trafics. En 2016, 120 Casques bleus congolais avaient déjà été renvoyés chez eux après des allégations d’agressions sexuelles.

La Centrafrique connaît depuis plusieurs mois une recrudescence d’affrontements entre groupes armés, qui se disputent le contrôle des ressources naturelles et des zones d’influence. Si l’intervention de la France (2013-2016) et celle de la Minusca ont permis un certain retour au calme, les violences ont progressivement repris depuis le départ de la force française Sangaris.

Pour des faits remontant à 2014, des militaires français avaient aussi été mis en cause pour des abus sexuels présumés en Centrafrique. Aucune mise en examen n’a été prononcée dans le cadre de l’instruction ouverte en mai 2015. En mars 2017, le parquet a demandé et obtenu un non-lieu, en dépit des évidences.

Qu’attendre de plus de la FRANCE ? C’est elle qui fait la pluie et le beau temps en RCA.

Imagine your best photo ever
To Top