unicefpub
International

Centrafrique : L’Union Européenne injecte 64 millions d’euros en RCA

Fanta Bidermann-Kinguemat

BANGUI – Cela faisait partie des promesses des bailleurs de fonds à Bruxelles en novembre dernier. Via Stefano Manservisi, le Directeur Général de la Coopération Internationale et du Développement(DEVCO) de l’Union Européenne, la RCA vient de bénéficier de 64 millions d’euros, dont 20 décaissable immédiatement.

C‘est Vendredi dernier au Palais de la Renaissance à Bangui que Faustin Touadera actait le document, avec Stefano Manservisi. Une bonne nouvelle pour la concrétisation du Plan de Relèvement et de la Consolidation de la Paix en République Centrafricaine(RCPCA), en principe, car tout le monde n’est pas d’accord.

UNE FAUSSE BONNE IDEE

Pour l’économiste centrafricain Magloire LAMINE, le RCPCA, écrit à la va-vite, ne serait qu’une sorte d’inventaire à la Prévert. Un ramassis de slogans, sans étude préalable du fond des difficultés économiques centrafricaines.

Il s’en explique : “Le sujet n’est pas de tomber dans la caricature ou la démagogie de la critique pour la critique, mais de bien expliciter les choses et leurs conséquences. On ne gère pas un pays, comme on gère son portefeuille personnel, les implications et les conséquences sont trop importantes pour s’abandonner dans de tels simplismes abusifs. Nous apprenons que cet argent servira à la consolidation de secteurs majeurs comme : la santé, l’Education, la réconciliation nationale, et la restructuration de l’Etat. A la bonheur ! Mais jusqu’à quand ? D’autant plus que ces piécettes ne seront pas suffisantes pour de telles ambitions.

Ce ne sont que des politiques à courte vue, de petites rustines sur des plaies béantes. Parce que demain, il faudra encore recommencer à mendier, pour encore avoir de l’argent. Là, métaphoriquement parlant, pour reprendre un adage célèbre de MAO, on donne du poisson à des clochards consommateurs, mais sans leur apprendre à pêcher, afin d’aller chercher eux-mêmes leur nourriture.

Par ailleurs, effet de vases communicants, sans un soubassement économique d’absorption de ces fonds dans le pays, tout cet argent, à peine arrivé repartira d’où il vient, et avec des intérêts. La RCA ne produisant rien, il faut tout importer.

Felix Mouloua, le ministre du Plan est tout content de lui, nous avons lu cela, disant que :  « Suite aux promesses des bailleurs à la Centrafrique, le gouvernement s’est mobilisé pour que les salaires soient régularisés avec l’aide des partenaires ». C’est la déclaration la plus stupide jamais entendue. N’est-il pas le ministre du plan, quelles sont ses planifications pour le futur, toujours quémander encore et encore sans mettre en branle les capacités propres du pays à se relever par lui-même ?

La RCA effectivement a besoin d’aide, pas de ces petites oboles, mais de moyens vastes pour financer un programme complet de développement. Quand la Grèce fut en crise, l’Union Européenne lui avait octroyée une aide de 112 milliards €. Rien à voir avec les 64 millions dont se gausse le gouvernement centrafricain.

Sans plan gouvernemental de développement, ces petites aides ne le seront qu’à fonds perdus, sans parler de la propension naturelle des politiciens centrafricains au pouvoir à la prédation.”

English version

© Juillet 2017 – Observatoire Centrafricain Economique Et Social

Imagine your best photo ever
To Top