unicefpub
Humanitaire

Regain de violence en RCA : Les communautés locales du nord de la RDC peinent à absorber l’afflux de réfugiés

Ceci est un résumé des déclarations du porte-parole du HCR William Spindler – à qui toute citation peut être attribuée – lors de la conférence de presse du 18 juillet 2017 au Palais des Nations à Genève.

La récente flambée de violence dans les zones frontalières au sud de la République centrafricaine pousse un nombre croissant de personnes à prendre la fuite, notamment vers des zones reculées au nord de la République démocratique du Congo (RDC), exerçant une énorme pression sur les communautés locales proches de cette frontière difficile d’accès.

À Zemio, à quelque 1000 kilomètres à l’est de Bangui, la capitale de la RCA, notre partenaire MSF a signalé la semaine dernière la mort d’un nourrisson tué par balles par des militants qui se sont introduits dans un hôpital abritant plus de 7000 déplacés. Depuis lors, MSF a quitté la ville dans un climat de violence qui a également conduit à la fermeture temporaire d’un bureau du HCR sur le terrain.

Les déracinés viennent principalement des villes de Bangassou, Bema et Mobaye, toutes situées à plusieurs centaines de kilomètres à l’est de Bangui. Les autorités locales estiment que plus de 60 000 personnes auraient quitté cette région depuis le mois de mai pour se réfugier en République démocratique du Congo. Le HCR s’emploie depuis à vérifier ces chiffres.

Ndu est l’un des endroits vers lesquels les gens se sont enfuis. Situé en face de Bangassou, de l’autre côté de la rivière Mbomou, Ndu n’est rien de plus qu’un gros bourg. Certains de nos collègues qui se trouvaient à Ndu il y a quelques jours décrivent une situation chaotique. La proximité de la frontière exacerbe le danger et le risque lié à la présence de bandits armés en maraude. Les réfugiés se sont installés dans tous les endroits possibles — les églises, les bâtiments qui tiennent lieu d’école, l’unique dispensaire — ou dorment en plein air. Les civils ont désespérément besoin de soins de santé, de nourriture et d’abris.

Ndu est situé dans la province congolaise du Bas-Uélé qui, selon des estimations du 30 juin, abriterait environ 37 000 arrivants venus de RCA. D’autres ont plutôt choisi de fuir vers le sud et l’ouest pour rejoindre la province congolaise du Nord-Oubangui où l’on estime que plus de 23 000 déracinés sont arrivés depuis la fin juin.

Le HCR organise l’envoi de secours depuis Kampala pour 20 000 personnes à Ndu et d’autres zones des deux provinces. Toutefois, l’acheminement rapide de l’aide pose des problèmes. Les routes sont boueuses et par endroits, quasi impraticables pour des véhicules de transport ordinaires, ce qui oblige à utiliser des tracteurs et autres véhicules spécialisés. Nous pensons qu’il faudra plusieurs jours pour que les convois arrivent à destination.

À la fin juin, 102 802 réfugiés centrafricains avaient été enregistrés en République démocratique du Congo. En outre, plus de 60 000 nouveaux arrivants ont été enregistrés par les autorités congolaises dans les provinces du Nord-Oubangui et du Bas-Uélé depuis mai. Sur les 55,3 millions de dollars requis pour financer l’action menée en RDC-RCA, 2,8 millions de dollars ont été reçus à ce jour.

Source : UNHCR

In English

Imagine your best photo ever
To Top