unicefpub
Politique

POLITIQUE/Ce que Anicet DOLOGUELE a dit à SARANDJI devant les députés

Monsieur le Premier ministre, dans un Pays où pratiquement 12 Préfectures sur 16 sont occupées, il n’y a pas de paix.

Cela préoccupe les Députés, cela préoccupe le gouvernement. Les bandes armées qui sont dans l’arrière Pays, si elles montaient sur Bangui, nous tous nous serions écrasés, vous et nous.

Donc c’est quelque chose qui préoccupe tout le monde.

J’avoue Monsieur le Premier ministre, que je vous ai rarement entendu parler des questions de sécurité de votre propre initiative.

Parlez aux centrafricains, rassurez les centrafricains, parlez aux uns et aux autres de ce qui se passe dans le Pays, pour qu’ensemble nous trouvons des solutions.

Jamais au grand jamais vous l’avez fait, c’est dommage ! 

Je vous entends beaucoup parler de pouvoir. Après les événements de Bangassou, vous avez parlé de pouvoir, on veut vous destituer avant de tuer le chef d’État.

Là tout à l’heure, vous êtes venu vous avez parlé de pouvoir, il y a des gens qui chercheraient le pouvoir par les armes. 

Non Monsieur le Premier ministre, je le rappelle, et il faut que ça soit entendu quand même par tout le monde.

C’est la première fois dans l’histoire de notre Pays qu’un pouvoir peut dormir sur ses deux oreilles. Les coups d’État sont faits par des militaires, nous n’avons pas de militaires, les institutions sont gardées par des forces onusiennes, il n’y a aucune espèce de risque pour ce pouvoir, concentrons nous sur les problèmes de notre Pays. 

Le climat politique est très malsain aujourd’hui, n’ajoutons pas de problèmes nouveaux aux gros problèmes qui existent déjà dans l’arrière Pays.

Il ne faut pas créer d’autres problèmes à Bangui alors qu’il y a aucun problème de sécurité à Bangui. 


Pourquoi nous ne nous tenons pas la main pour gérer le problème de sécurité dans notre Pays aujourd’hui ?

ANICET-GEORGES DOLOGUÉLÉ

Imagine your best photo ever
To Top