unicefpub
Politique

Centrafrique : Que va faire Sarandji du Memorandum de la Marche pacifique ?

Fatima K. LAMINE

NEW YORK [LNC] – La Marche pacifique de Bangui, faisant suite à celle de protestation de l’Association des victimes de la Basse-Kotto, met à vif le gouvernement dans ses propres contradictions et incapacités.

En rappel, la manifestation de l’Association des victimes de la Basse-Kotto protestait contre les agressions sanglantes de civils à Bangassou, Alindao, Bria et Nyem Yéléwa entre autres… Ceci sans réelle réaction du pouvoir en place, se contentant de faire de la rhétorique sans fond.

Bangui a fait écho, avec plus d’un millier de personnes dans les rues, affichant sur des banderoles des messages très explicites comme celui-ci « Le peuple centrafricain a trop souffert, qu’attend-on pour arrêter les coupables ? ».

SARANDJI LE DOUNGOUROU DU BOUKI A LA PRESIDENCE BIEN EN PEINE

S’il y a bien quelque chose dans laquelle le pouvoir de TOUADERA excelle, c’est bien celle de fuir ses responsabilités.

Le Premier ministre Simplice Mathieu Sarandji est bien en souffrance. Le Mémorandum suite à la marche pacifique pour la paix et la sécurité mobilisant les leaders des organisations de la société civile, des Partis politiques et autres forces vives de la Nation lui a bien été remis par Fernand Ndjapou, l’un des organisateurs et porte parole de cette manifestation. Et comme ironisait à propos un autre des organisateurs :

“Maintenant il a le nez dans son propre caca !”.

Le mémorandum appelle « à l’accélération du processus du Désarmement, de Démobilisation, de Réinsertion et du Rapatriement (DDRR), de traquer, arrêter et traduire en justice, notamment devant la Cour Pénale Internationale et la Cour Pénale Spéciale les commanditaires, auteurs, coauteurs et complices des crimes de guerre et crimes contre l’humanité ».

Conjointement, il demande à la Mission multidimensionnelle Intégrée des Nations Unies pour la stabilisation en République Centrafricaine (MINUSCA), d’user de tous les moyens en sa possession pour s’acquitter du mandat qui est le sien.

Sarandji acculé n’a rien eu d’autre à dire que : «il incombe au gouvernement l’obligation de rétablir la sécurité sur tout le territoire national ».  Une phrase creuse n’engageant à rien, étant donné que son gouvernement n’a aucun plan de sauvetage du pays, en ces instants ou il traverse la pire crise de sa courte histoire.

La bride lâchée sur les ANTI-BALAKA a fait ses effets, ces criminels, amnistiés d’autorité par Faustin TOUADERA lui-même, se sentent libres comme l’air, et en toute impunité, tuent où bon leur semble. François Bozizé, l’ex dictateur du pays, via son fils Francis, a activé des réseaux criminels en province dénommés dans des sémantiques fumeuses, “AUTO DEFENSE” ou autres “PATRIOTES” afin de mettre le pays en désordre volontaire.

L’armement lourd utilisé, que la MINUSCA fait semblant de s’en étonner a été convoyé par le fils Bozizé depuis le Cameroun, et ce, depuis des semaines, au vu et au su de la MINUSCA, qui a laissé faire. De même, les têtes pensantes de ces pseudos “AUTO DEFENSE” sont d’anciens officiers FACA (Armée centrafricaine).

A Bangui, les chefs “historiques” des ANTI-BALAKA jurent leurs grands dieux qu’ils n’ont rien à voir avec tout cela. Et c’est vrai.

Mais voilà, avec depuis toujours des chaînes de commandement floues, les leaders BALAKA sont dépassés, ils ne contrôlent rien. Conséquence, les BOZIZE se sont engouffrés dans la brèche béante créée par cette vacuité.

Et dans ces confusions sanglantes, volontairement entretenues, la MINUSCA se fait complice des crimes des bandes armées Séléka, eux, en lutte entre eux et contre les autres, pour tout simplement le contrôle de plus d’espace centrafricain à exploiter pour se pérenniser, dans des combats plus proches des luttes des gangs mafieux aux USA, que pour la défense du pays. Ces coalisés contrôlent déjà près de 70% du territoire national.

Le Premier ministre Simplice Mathieu Sarandji dans tout cela est le fusible à faire sauter. C’est ça ou mettre à jour les incompétences notoires de Faustin TOUADERA au pouvoir.

In English

© Mai 2017 – LAMINE MEDIA

Imagine your best photo ever
To Top