unicefpub
Société

Centrafrique : Bangui, le difficile retour des musulmans du 5ème

Hassan Belkhadi

BANGUI [LNC] – Près d’un demi million de centrafricains déplacés externes, autant en interne. Et au milieu, la situation de ceux de confession musulmane oubliée, nonobstant le lourd bilan qu’ils ont payé.

Le gouvernement n’a pas de plan, ni d’initiatives, ni manifestement d’envie,  pour aider au retour des déplacés.

Le seul cas du camp de M’Poko, sur financement de l’aide internationale a vu la moitié de l’argent détourné par des fonctionnaires.

Aussi, la population se débrouille comme elle le peut pour aider les démunis. Et même à Bangui où il y a plus de possibilités qu’en province, rien n’est fait au niveau gouvernemental.

La semaine dernière, avec l’appui de la MINUSCA, un Comité de suivi a été mis en place pour le retour des musulmans du 5ème arrondissement de Bangui. Il organisait sa première  session de dialogue avec les leaders religieux le 8 Mai dernier.

This slideshow requires JavaScript.

Ainsi, dans un esprit de fraternisation inter-religieuse, les pasteurs et les Imams du 5ème se sont réunis à la Maison des Jeunes et de la culture de Malimaka, pour réfléchir sur les conditions de retour des familles des déplacés au KM5,  afin qu’elles puissent regagner leurs domiciles respectifs. Ces familles étaient déplacées depuis 2013, et laissées sans soutien.

Comme les conditions de paix civile ne sont toujours pas réunies, ce comité est un embryon d’initiative concrète, pour créer un environnement apaisé, propice au vivre ensemble, à la cohabitation et à la cohésion entre les deux communautés. Cette session de dialogue a insisté sur la cohésion et le pardon.

In English

© Mai 2017 – LAMINE MEDIA

Imagine your best photo ever
To Top