unicefpub
Dépêches

DEPECHE/OUHAM PENDE : Ngaoundaye encore en crise du fait des groupes armés

V.M

BOCARANGA (LNC) — Il y a 9 mois, la ville de Ngaoundaye, dans l’Ouham Pendé, située au carrefour des frontières entre le Tchad et le Cameroun subissait une attaque qui avait tourné au bain de sang. La MINUSCA avait déjà réussi péniblement à contenir les assaillants par la négociation. Mais moins d’un an plus tard, c’est bis repetita.

C‘était Mardi dernier, à l’aube que le MPC, s’alliant au RJ attaquaient la localité, en  investissant les bâtiments officiels ainsi que la mission catholique, pour une assaut de simple banditisme. Car ils venaient là juste pour voler. Ce qui bien évidemment, comme à l’accoutumée, forçait les populations à fuir dans la brousse.

Ngaoundaye ville stratégique à la croisée des frontières tchado-camerounaise, le MPC et les RJ voulaient s’en emparer, car c’est une zone très importante de  transhumance des bergers peuls, convoyant leurs troupeaux de bovins vers le Centrafrique ou le Cameroun.

This slideshow requires JavaScript.

 LA CAVALERIE ARRIVE

Dans l’après-midi de ce mardi, comme le raconte RFI, les casques bleus alertés sont arrivés sur place et après discussions, ont obtenu le retrait des combattants.

Le fait est que, cette même procédure, la Minusca l’avait déjà faite un an plus tôt, ne faisant que reculer l’échéance sans rien résoudre. La preuve !

L’argument complètement fallacieux du MPC basé à Kaga-Bandoro, consiste à dire qu’ils investissent la zone, pour bloquer les peuls armés qui seraient tentés d’attaquer Kaga-Bandoro, afin venir en aide à l’UPC.

Mardi, Ngaoundaye avec toutes les communications coupées étaient hors du temps. Depuis les nouvelles arrivent, au moins 10 morts et autant de civils blessés.

In English

© Avril 2017 – LAMINE MEDIA

Imagine your best photo ever
To Top