unicefpub
Portrait

PORTRAIT/Joseph Yakété, l’illusionniste !

Gilles Deleuze

PARIS (LNC) — Joseph Yakété, natif de Sibut est un bien singulier personnage. Comment cet opportuniste et profiteur, qui ne vivait en France que de l’argent détourné de ses nombreuses maîtresses finit à Bangui comme ministre de la défense, un mystère bien centrafricain.

Une des illustrations du fait que le gouvernement TOUADERA est un véritable tour de passe passe, une usine à gaz faite de bric et de broc, c’est bien Joseph Yakété.

Parti de RCA en 1989 pour aller poursuivre en Europe ses études supérieures, il bourlinguera en Allemagne, pour finir en France. Là, il s’installe, et comme beaucoup d’africains en quête d’opportunité, il trouvera celle du Parti socialiste, dans lequel il s’engage, pour même y finir collaborateur parlementaire d’un député, puis conseiller municipal en 2008.

Comme de nombreux politiciens centrafricains en vue, il cultive ce paradoxe d’être avant tout un français.

Autre pratique habituelle de nombreux africains en Europe, se servir des femmes que l’on a séduit pour les dépouiller financièrement et vivre à leurs crochets. L’homme ne déroge pas à cette sale habitude.

Jusqu’à 5 maîtresses en même temps, son patron TOUADERA est battu. Gérant son harem de main de maître, l’homme peut avoir la main leste. D’ailleurs il est convoqué au Tribunal en France pour Mai prochain, afin de répondre de violences conjugales.

Et pourtant, c’est ce même individu qui est en ligne de front pour défendre la parité des sexes et la défense des femmes en RCA. Pense-t’il un mot de ce qu’il raconte, étant donné qu’il n’est pas exemplaire en la matière ?

L’APPEL DU PAYS

Sans compétences notables reconnues, Joseph Yakété n’en possède pas moins un sens aigu de l’entrisme et du culot. La crise centrafricaine, menant aux élections de 2015/2016 lui donne des idées. Et de s’y voir en futur président de la RCA.

Rassemblant par le verbe qu’il a beau, ses amis socialistes en France autour de lui, ils l’aident à mettre en place le FORAC (Forum pour le Rassemblement Centrafricain). Collecte de fonds, campagne etc… De là, il se présente à l’élection présidentielle, pour un bilan en final frisant le néant.

Et entre les deux tours de la bataille qui opposera Touadera à Dologuélé, il fait son choix, et soutient Touadera. Et ceci ne sera pas sans conséquence sur la composition du futur gouvernement.

Car Faustin Touadera, contrairement aux apparences est piloté par Mathieu Sarandji le futur Premier ministre. Le gouvernement n’a pas été pour les compétences des individus, mais pour leur soutien au candidat surprise. Seul Sarandji croyait aux chances de son poulain, ce dernier lui n’y croyait pas du tout.

Ainsi, au jeu des postes aux copains de passage, Joseph Yékété finit à ce poste régalien très important de la défense. Alors qu’il ne possède, ni les compétences, ni les capacités pour un tel maroquin.

L’argument de Sarandji pour justifier ce choix étonnant : “Il a des amis partout au Parti socialiste français”. Et l’illusionniste Yakété de le conforter dans cette conviction.

In English

© Avril 2017 – LAMINE MEDIA

Imagine your best photo ever
To Top