unicefpub
National

Centrafrique : Rififi au sommet du pouvoir

Albert Mahamat FALL

BANGUI (LNC) — La RCA, c’est comme en France, le slogan des grands magasins “Les Galeries Lafayette” : Il s’y passe toujours quelque chose. Ainsi, au plus haut somment de l’Etat, exécutif comme législatif, incapable de juguler une crise galopante, ses tenants d’y multiplier concours d’incompétence et chipouillages d’egos surdimensionnés.

ACTE 1

Faustin Touadera élu président dans les conditions douteuses que l’on sait, avec la complicité de la communauté internationale, ceci avait énormément déplu à Karim Meckassoua, un autre drôle qui voulait jouer aussi, et aurait aimé bénéficier des mêmes faveurs délictueuses.

A force de tempêter, il recevra en cadeau bien emballé la présidence du Parlement, après quelques gymkhanas de truanderie électorale et de corruption à large échelle.

Du haut du perchoir, Meckassoua se trouve dès lors en position d’observation pour la satisfaction de son obsession de conquête du pouvoir suprême.

Première stratégie Meckassouesque, garder sous le coude les différents groupes armés qu’il finançait largement, pour le cas ou. Seconde stratégie, faire de l’obstruction légale via le Parlement contre TOUADERA, vu comme un impie et un incapable. Etant sans majorité au Parlement, Touadera n’est alors qu’un pigeon facile à tirer.  Le « Chemin de l’Espérance » de Meckassoua aura raison du mort-né « Cœur Uni » de Touadera, qui ne se sera illustré que par sa capacité à la désunion et à la cacophonie.

ACTE 2

Face aux sombres agissements de Meckassoua, Faustin Touadera réagit, et brutalement. Il prive tout simplement l’assemblée Nationale de fonds.

Aux appels de Meckassoua pour le rencontrer, comme prévu chaque Mardi, Touadera se défausse, prétextant un agenda très chargé. Conséquence, les parlementaires sont sous asphyxie, déjà plus de 4 mois sans argent.

Henri Marie Dondra, le ministre du budget s’y emploie, sur ordre de son patron les prive d’oxygène. Le vice de Dondra va même jusqu’à priver les élus du minimum en matériel de bureau.

A cela s’ajoute les provocations bien visibles des sherpas du président, envoyés sur le terrain pour provoquer le plus de députés possibles, à l’exemple de Joseph Yakété, l’actuel ministre de la défense, dont d’aucun de se demander comment ce délinquant en France ait pu finir à ce poste si important. Dernièrement, lors de l’éliminatoire de l’Afro Basket 2017 à Bangui, Joseph Yakété en profitait pour agresser le 3e vice-président de l’Assemblée, Timoléon Mbaïkoua.

A ce jeu de cour de récréation, s’adonnent également un certain nombre de ministres délégués, ne manquant pas une occasion pour tancer le moindre élu passant à leur portée.

ACTE 3

Aux obstruction du législatif, Touadera y répond par celles de l’Exécutif.  De nombreux projets de loi nécessitant signatures présidentielles pour application sont volontairement retardées, y compris des interpellations tout simplement annulées.

Un conflit ouvert qui ne se cache plus. Chacun dans sa tranchée, fourbissant ses armes pour la prochaine bataille.

En attendant, le peuple agonise….

In English

© Avril 2017 – LAMINE MEDIA

Imagine your best photo ever
To Top