unicefpub
International

ONU : Centrafrique, Hervé LADSOUS, l’homme à éviter !

Fatima K. LAMINE

NEW YORK [LNC] – Il est français, détail qui a sa valeur, et surtout, il est le responsable à l’ONU des opérations de paix, les fameux “casques bleus” dans le monde. Dans l’affaire des viols de mineurs par les Sangaris en RCA, il y a joué un rôle majeur, voire déterminant.

Inutile de spécifier qu’en Centrafrique, la détestation de la MINUSCA est telle, que le peuple est contraint de lA subir malgré lui, faute de pouvoir lA renvoyer chez elle. La démonstration en a été faite récemment à l’université de Bangui, quand le gabonais Parfait Onanga-Onyanga, par ailleurs persona non grata au Burundi, y fut proprement hué par les étudiants. Ce que bien évidemment la communication de la MINUSCA avait oublié de mentionner.

LADSOUS LE GAULOIS QUI DEFEND LA GAULE

Hervé LADSOUS, lors de la connaissance des allégations de cas de viols de mineurs en Centrafrique par des soldats de la Sangaris, avait usé de tout son pouvoir pour étouffer l’affaire en accord avec les autorités de son pays et les forces armées françaises.

Du fait de sa position, il avait ordonné à la MINUSCA à Bangui de tout neutraliser.

Ce qui explique que jamais, au grand jamais Parfait Onanga-Onyanga, le patron de la MINUSCA, qui habituellement pourtant, ne rate pas une occasion pour ouvrir la bouche sur tout et n’importe quoi, s’est très prudemment tu sur ce dossier dégoutant des viols par les français. Et pour cause, il avait des ordres.

Sur la passivité des autorités centrafricaines, c’est très simple, Hervé LADSOUS leur avait déclaré : “Vous en parlez, et la FRANCE vous coupe les subsides.” Voilà pourquoi Touadera n’en parle pas.

Même Jean Serge Bokassa, le ministre centrafricain de l’intérieur, de s’étonner, suite au retrait des Sangaris, du maintien en Centrafrique, encore de près de 300 soldats français. La MINUSCA l’a fait taire.

Il y a 24 heures, au Conseil de sécurité, nous avions eu droit à cette déclaration ahurissante d’Hervé LADSOUS sur la situation actuelle en Centrafrique, pourtant, plongée plus que jamais dans les violences :

«les gains de ces 3 dernières années montrent que les opérations de maintien de la paix peuvent faire une réelle différence»

Déclaration hier à LNC d’un ambassadeur africain à l’ONU, nous ayant bien évidemment demandé l’anonymat :

«L’ONU n’est pas une entité unie comme son nom l’indique, mais une tour de Babel, dans laquelle les puissants du Conseil de Sécurité – parce que c’est là où tout se décide – font la loi. Nous autres nous ne sommes que des godillots, régulièrement soumis au chantage économique si on ne vote pas dans les sens qu’ils ont décidé. En tant qu’africain, je suis extrêmement choqué par cette histoire de viols d’enfants par des français. Ce ne sont plus des allégations, mais des faits. Nous avions envoyé plusieurs commissions d’enquêtes en RCA, de chez nous ou des indépendants pour enquêter, mais la FRANCE a toujours refusé de coopérer.  La MINUSCA à Bangui n’a aucune dignité dans cette histoire. Je sais très très bien qu’elle a tout enterré. Mais ces gens là n’ont pas d’enfants ? Si cela concernait la chair de leur chair, ils réagiraient de la même manière avec autant de je-m’en-foutisme ?»

English version

© Mars 2017 – LAMINE MEDIA

Imagine your best photo ever
To Top