unicefpub
Analyses

Centrafrique : Armée, les FACA courent toujours après leurs fantômes

Albert Mahamat FALL

BANGUI [LNC] – Même si Jeffrey Hawkins, l’ambassadeur des USA, présent lors du colloque sur les FACA organisé par l’EUTM-RCA et l’Union Européenne, tenu Lundi dernier à Bangui,  y avait annoncé une aide de son pays de 8 millions de $ pour aider à l’armement des FACA, l’état de ces derniers à court et moyen terme reste dramatique.

Juste avant le Coup des Séléka en 2013, et sonnant le glas de l’armée centrafricaine, ils étaient 8.000 troupes officiellement déclarés, plus ou moins bien formés, plus ou moins bien armés. Mais le matériel humain était là. En 2016, seulement 6.000 sont identifiés, dont 1.000 poussés à la retraite. En 2017, le chiffre corrigé de 3.000 serait le plus proche de la réalité.

FAILLES, LACUNES ET MENTALITE

Il n’y a pas à reconstruire une armée centrafricaine, ceci est un pur FANTASME. Les FACA n’ont jamais été une armée républicaine que de nom.

Guerres ethniques intestines, de longues années de sous formation, de pratiquement tous ses généraux corrompus et incompétents, de soldats sans éthique n’hésitant pas à s’en prendre violemment aux populations, quand ils ne les rançonnent pas, les FACA n’ont toujours été qu’une simple illusion.  Leur si facile débandade face aux Séléka en 2013, était la démonstration, si besoin était, que ce n’était qu’une armée méxicaine.

C’est une armée, pas A RECONSTRUIRE, mais à CONSTRUIRE DE A à Z

L’EMBARGO DE L’ONU, UN INCOMPREHENSIBLE FREIN

This slideshow requires JavaScript.

Lors de ce colloque sur les FACA, le Général Herman Ruys, le chef de l’EUTM-RCA n’y était pas allé par quatre chemins, pour avouer son chagrin de former des soldats qu’il ne peut pas armer.

Une situation émasculant la sécurité centrafricaine, très bien illustrée par les mots de NGAIFEI, le chef d’état major : “On note une absence totale de moyens logistiques durant cette période post conflit. En ce qui concerne l’armement, toute la dotation actuelle en armement dont dispose les FACA suffisent à peine à équiper une compagnie de combat, soit environ 150 hommes. Les munitions à disposition suffiront à peine de tenir pendant 30 mn face à une hostilité à faible intensité; donc ça, il est nécessaire que les pays amis qui sont ici, puissent avoir une autre approche, que celle de voir l’embargo dans sa globalité”.

L’EUTM-RCA, un espoir estampillé Union Européenne. Déclaration de son  ambassadeur JEAN PIERRE REYMONDET-COMMOY à Bangui : “La réforme et la réorganisation des forces armées centrafricaines est un domaine crucial pour le renouveau de la Centrafrique que nous assistons actuellement.  C’est un sujet d’ailleurs qui cristallise des espoirs immenses dans la population, qui attend que son armée puisse apporter une contribution effective à la stabilité du pays et à la sécurité. donc l’UE est totalement engagée en  soutien du gouvernement et à l’état major des FACA, dans leurs efforts dans ce domaine.”

En attendant, c’est la MINUSCA qui fait la pluie et le beau temps, selon ses caprices, dans le secteur de la sécurité du Centrafrique.

In English

© Mars 2017 – LAMINE MEDIA

Imagine your best photo ever
To Top