unicefpub
Région

Centrafrique : Bambari n’a jamais autant été chouchoutée par la MINUSCA

Eve Malonga

BAMBARI [LNC] – Une “ville sans armes”, déclare la MINUSCA, multipliant récemment les communiqués, pour parler de tous les bienfaits de ses actions à Bambari, des Officiels divers qui y battent sa latérite rouge, une ville soudainement passée sous les radars onusiens. Une première !

Toute la semaine dernière, BAMBARI était sous les feux de la rampe de la MINUSCA, qui en faisait sa coqueluche.

Jamais autant d’officiels ne l’avaient honorés de leurs augustes présences, ou ne lui avaient accordé autant d’attention. Il y a encore peu, BAMBARI servait d’Etat major à des groupes armés, à l’impunité accordée à des criminels, subissait leurs crimes barbares et prédations, au vu et au su des Forces internationales, jusque là restées inertes, dans une inquiétante apathie.

This slideshow requires JavaScript.

Mercredi à Bangui, au siège de la MINUSCA, son chef Parfait Onanga-Anyanga y recevait les trois chefs de la dénommée plateforme religieuse, à savoir, le cardinal Nzapalainga, l’imam Kobine, et le pasteur Grekoyame, pour discuter de la situation à Bambari. Difficile d(échapper aux pollutions des religions quand on vit en RCA.

Le même jour à Bambari même,  la MINUSCA y décentralisait sa conférence de presse hebdomadaire. Alain Sitchet son chef de bureau local en avait profité pour annoncer le déploiement prochain dans la ville de forces de sécurité intérieure, mais sans préciser où il irait les trouver.

Enfin Samedi, c’est Diane CORNER, la Madame “PLUS, PLUS” de la MINUSCA, au look de “Scully” dans “X files”, en, matière d’efficacité dans les menées sociales et les quêtes de la cohésion entre les communautés, accompagnée de Virginie BAIKOUA, la ministre centrafricaine des affaires sociales – qui pour une fois, très sobre dans sa toilette, était en tenue de campagne – elles aussi de fouler le sol de Bambari, pour une rencontre avec les déplacés internes dans les camps, et également avec les femmes de l’association OFCA.

La britannique, contrairement aux discours flous des hommes, et aux habituelles phrases creuses des religieux, elle au moins a été plus claire et plus précise sur l’avenir sécuritaire de Bambari :

“Notre intention avec le gouvernement est de garder Bambari comme ville sans groupes armés. La MINUSCA va soutenir le déploiement de 120 gendarmes, d’une trentaine de policiers, et éventuellement aussi de FACA (Forces armées) après leur formation.” D’ajouter également qu’outre  des efforts à mener pour des échanges avec les autorités civiles, “la Minusca va aussi attirer les bailleurs de fonds, pour aider le gouvernement dans ses efforts de restauration de l’autorité de l’Etat à Bambari”.

Reste maintenant à passer aux travaux pratiques.

English version

© Mars 2017 – LAMINE MEDIA

Imagine your best photo ever
To Top