unicefpub
Région

Centrafrique : Bambari, ville symbole de la crise centrafricaine, une de plus !

Un reportage d’Eve Malonga et de Michal Mamadou

Crédits Photos : Michal Mamadou | LAMINE MEDIA

BAMBARI (LNC) – Ville morte depuis 36 heures, boutiques et commerces clos. La population reste cloitrée à la maison, non par peur, selon la contre vérité diffusée par Radio Ndeke luka, mais pour protester contre l’ultimatum de 3 jours ordonné à Ali Darassa, le chef de l’UPC, par la MINUSCA,  de quitter la ville.

This slideshow requires JavaScript.

POUR COMPRENDRE

Cela va faire bientôt deux mois que la MINUSCA, peine et est en butte avec le casse tête de BAMBARI. En janvier dernier déjà, le commandant adjoint de sa force militaire Daniel SIDIKI-TRAORE s’y était rendu pour tenir un discours qui se répète encore aujourd’hui : “Depuis un certain temps, de façon récurrente nous voyons des combats qui se passent à certains niveaux, donc, cela constitue en soi une menace pour les populations où qu’elles soient. Et c’est par rapport à cette menace que nous voulons trouver des solutions. [..] Nous n’allons pas permettre que cette menace s’étende à d’autres lieux.”

Des centaines de morts depuis, et un mois plus tard, le général Balla KEITA son supérieur de refaire le même discours, quasiment à l’identique.

Dans un communiqué paru Vendredi, la MINUSCA déclare avoir renforcé son dispositif dans Bambari, avec l’arrivée de forces additionnelles, dont l’unité de réaction rapide portugaise et des forces spéciales bangladaises. Ajoutant que le Mouvement pour l’Unité et la Paix en Centrafrique (UPC) et le Front Populaire pour la Renaissance de Centrafrique (FPRC) constituent une menace pour les populations civiles de Bambari, et se heurteront à la MINUSCA en cas de violence.

Néanmoins, elle dit ne pas fermer la porte à des discussions, qui  se poursuivent actuellement : une délégation civilo-militaire de la MINUSCA rencontrera ainsi prochainement Ali Darassa.

MAIS, ET C’EST LA LE MAIS..

L’UPC de Darassa n’entend pas du tout les choses de cette oreille. La proposition de la MINUSCA de quitter la ville, repoussée.

Le Colonel Souleymane DAOUDA leur porte parole de s’en expliquer : “On avait vu dans le passé, des villes telles que BRIA, KAGA-BANDORO, N’DELE, avaient été décrétées sans armes par la MINUSCA. Aujourd’hui, l’on se rend compte que ces villes sont devenues des bases arrières de malfrats de tous bords. La même chose se déclare à Bambari. Le général Ali Darassa est à Bambari pour protéger la population civile. Et cette même population civile lui demande de la protéger. Nous rejetons donc cette proposition de la part de la MINUSCA.

Le FPRC en face joue une autre mélodie, celle de l’intransigeance, mais à rebours. Propos de son porte parole : “Le problème est qu’il faut d’appréhender Ali Darassa et le remettre à la justice, et même le rapatrier chez lui, puis de faire dégarnir ses éléments. Nous, on demande à la MINUSCA de faire son travail, de respecter son mandat, consistant à protéger les populations, c’est tout ! Actuellement la ville de Bambari est entre les mains des MINUSCA et de l’UPC, mais les populations sont avec nous. Donc vous voyez la différence, c’est ce qui se passe actuellement. La population a besoin de nous, donc on va entrer danbs BAMBARI.”

Face à ces résistances et guerres de communiqués contradictoires des rebelles, Hervé VERHOOSEL, le Directeur du Bureau de la communication et de l’information publique de la MINUSCA déclarait ceci hier à LNC (in extenso) :

“Cher LNC,

Des avions de chasse effectuent actuellement des vols dans la Ouaka, la Haute et la Basse Koto. La participation de ces forces en soutien à la Minusca, démontre la volonté de la communauté internationale a agir pour protéger les civils, et arrêter la progression des groupes armés, quels qu’ils soient, qui menacent ces populations.

Il s’agit de vols de reconnaissances de plusieurs avions militaires de chasse. Ces vols sont en cours pour le moment.”

Conclusion provisoire, pour le moment, Status quo à Bambari, toujours dans l’attente de l’attaque de la coalition FPRC-RPRC-MPC, décidée à en finir avec Ali Darassa, et mort si possible.

English version

© Février 2016 – LAMINE MEDIA

Imagine your best photo ever
To Top