unicefpub
Justice

France : Clermont-Ferrand, un prête condamné à deux ans de prison ferme pour pédophilie en Centrafrique

Fernando Cancio

CLERMONT-FERRAND (LNC) – Michel Chidaine, prêtre fidei donnum originaire de Clermont-Ferrand, et âgé de 45 ans lorsqu’il était impliqué dans une affaire de pédophilie durant sa mission en RCA, très exactement à Zacko.

A son retour à Clermont, à la demande de l’Eglise, il s’était dénoncé à son évêque, et a envoyé une lettre au procureur de la République.

LES FAITS

En effet, dix-huit mois plus tôt, le prête se livre au parquet mais minimise les faits, rapporte le journal La Montagne.

Alors qu’il était en Centrafrique, entre 2007 et 2010, il s’était livré à des attouchements sexuels sur quatre mineurs âgés de 14 à 16-18 ans.

Mais voilà, compte-tenu de la situation politique, seulement deux garçons ont pu être retrouvés. L’un deux avait été placé dans un autre orphelinat où il s’était confié à l’évêque responsable. Conséquence, et comme le procureur de Bangui était invisible dans le dossier, aucune victime n’a pu porter plainte, ce qui fera l’affaire du pédophile, qui autrement risquait 20 ans.

Au tribunal, le prêtre explique «avoir perdu pied» car il souffrait de «solitude». Divers actes, dont des fellations, se reproduiront «une quinzaine de fois» avec cet adolescent et les trois autres garçons. Tout avait commencé dans la case du prêtre, après une baignade dans une source d’eau chaude.

Jeudi 26 janvier 2017, il a été jugé et condamné par le tribunal correctionnel de Clermont-Ferrand pour atteintes sexuelles sur deux mineurs de 15 ans en République Centrafricaine.


Le père Chidaine condamné à une peine de prison pour atteintes sexuelles sur mineurs

L’église catholique couvre toujours ses pédophiles

 Malgré ses confessions coupables à l’Evêque et une instruction en cours, le prêtre Michel Chidaine s’était vu attribuer de nouvelles fonctions au sein de la paroisse de Riom en septembre 2011.

“Son comportement ne présageait en rien des faits qui lui étaient imputés”, déclarait le responsable communication de l’Evêché, Marc-Alexis Roquejoffre.
Lorsque le prêtre a finalement été entendu par les enquêteurs le 4 septembre 2011, il a reconnu et confirmé les faits qui lui étaient reprochés. Et l’évêché d’ajouter : “Après qu’une décision de justice aura été rendue, l’Archevêque de Clermont veillera à ce qu’un procès canonique soit ouvert, selon ce que demande le droit de l’Eglise”.

Condamnation

Une peine légère pour des délits aussi graves. L’ecclésiastique a écopé de cinq ans de prison, dont trois avec sursis, pour seulement atteintes sexuelles sur deux garçons mineurs.

Imagine your best photo ever
To Top