unicefpub
Blog

TEMPERATURE : Faustin Touadera, les grands moments de solitude

Gilles Deleuze

PARIS (LNC) – Après quelques mois de présidence du Centrafrique, Faustin Touadera n’aura été que l’ouverture d’un trou d’air à tous les déséquilibres dans le pays. Inexistant, ne pesant sur rien, avec lui, la RCA vit les pires moments de son histoire. Mais est-il responsable de tout ?

L‘héritage attendu et prévu, après le calamiteux et délinquant passage de Samba-Panza au pouvoir sous la transition politique, serait difficile et même impossible à porter pour qui que ce soit au pouvoir, pour le soit disant retour à la légalité républicaine.

Aux jeux des trucages électoraux, c’est Touadera qui gagne. Mais comme dans ce pays tricher est comme une sorte de réflexe naturel, autant ne pas épiloguer dessus.

DU CALAMITEUX A L’HORREUR

Sous quelque soit l’angle par lequel la problématique est prise, la conclusion est simple, FAUSTIN TOUADERA AU POUVOIR EST UN HOMME SEUL. Les plaisantins diraient que pas tant que cela, ses femmes et ses maîtresses sont là pour le consoler. Mais concrètement, il ne peut que, impuissant constater à quel point l’état général du pays s’est dégradé depuis son installation au palais de la Renaissance.

Un gouvernement constitué à la va vite, plus pour remercier ses soutiens de dernière minute qu’une équipe de combat a démontré ses limites et ses failles. Personne à Bangui ne se cache pour dire que le gouvernement Touadera est une sorte de ‘piège à cons’ où la solidarité gouvernementale n’existe pas, tant chacun joue sa partition personnelle, à commencer par le PM Mathieu Sarandji lui-même, plus occupé à jouer au susceptible coléreux qu’à donner de la cohésion à son gouvernement. A l’image de Bokassa, des ministres sont isolés, contraints de se débrouiller seuls dans leurs départements, sans l’appui présidentiel, qui de toutes les façons est quasiment injoignable, avec une barrière de conseillers-gourous, lui bloquant l’accès à la réalité. Ce qui fait que de la situation centrafricaine, le président n’en a que les virtualités filtrées par ses conseillers.

Ce qui explique ses discours à la nation, généraux, sans référence au réel,  délirant sur des évidences et des lapalissades, tel un prêcheur religieux vendant du vent à ses ouailles à coups de démagogie. Le Président est totalement en décalage avec les réalités douloureuses du pays, tant il est contenu dans des illusions par ses conseillers. Et ses promenades à l’extérieur n’aident pas non plus.

L’ARROSEUR ARROSE

Faustin Touadera  avait tellement survendu aux centrafricains la rencontre avec les bailleurs de fonds à Bruxelles le 17 novembre dernier, comme issue absolue pour sauver le pays, que la chose semblait déjà acquise, comme naïvement s’en flattait par exemple Radio Ndeke Luka, à l’image de la quasi presse nationale. A tel point qu’il sera reçu à Bangui à son retour de Bruxelles en héros national. Les 2.2 milliards de $ devaient certainement être dans les soutes de l’avion de retour. Juste oublié de préciser que ce n’étaient que des promesses, et encore sous conditions de retour à la paix sociale dans tout le pays. Et nous en sommes loin.

Mais voilà, arrivé au pouvoir sans programme politique, “en aventurier” comme le disait un diplomate américain à Bangui, Faustin Touadera saisissait au bond la possibilité d’un hold up par mendicité pour espérer sauver son mandat.

C’était négliger le fait que les milliards attendus et nécessaires ne viendraient que sous les conditions, et d’un retour de la paix et de la sécurité dans le pays, et de la présentation d’un plan économique et social de relèvement national. A l’ONU dernièrement, Touadera avait été froidement édifié sur le sujet. “Des actes et pas des paroles” lui furent dit par la communauté onusienne. En gros, pas de Business plan, pas d’argent.

Sauf que, pieds et poings liés, il lui était impossible de satisfaire ces préalables, car comme LNC l’avait déjà écrit : “L’on ne peut pas exiger de quelqu’un ce qu’il est venu chercher.”

Faustin Touadera n’est pas responsable des crises diverses dans le pays. Humanitaires, sécuritaires, sanitaires et autres. Le pays étant sous tutelle de l’ONU, c’est à l’ONU d’assumer, et localement, à la MINUSCA.

Mais voilà, dans ce “piège à cons”, l’ONU a beau jeu, elle est à la fois juge partie et bourreau.

Bien évidemment, l’on peut épiloguer longuement sur les faiblesses, les immobilismes et les incompétences de Touadera, mais cela ne changera rien aux faits. C’est un homme seul, sans moyens, et surtout pas soutenu par les siens.

Et en politique, où que ce soit, un homme seul est un homme mort.

English version:

© Janvier 2016 – LAMINE MEDIA

Imagine your best photo ever
To Top