unicefpub
International

ONU : Le Portugais Antonio Guterres hérite d’une institution à la crédibilité douteuse

Fatima K. LAMINE

NEW YORK (LNC) – Le nouveau Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, prenant la suite du Sud Coréen BAN KI-MOON est entré en fonction ce 1er janvier.

Le moins que l’on  puisse dire c’est que la tâche sera rude pour l’ancien premier ministre portugais pour redorer le blason de l’ONU, minée par les scandales sexuels, notamment en Centrafrique, ses lourdeurs administratives et ses incapacités à régler les multiples conflits dont elle s’est chargée.

Terrain de jeu favori pour les influences des puissants, l’ONU semble en ce 1er janvier être à bout de souffle. Le nouveau chef de la diplomatie mondiale,  héritant d’une institution à la crédibilité plus que chancelante, aura-t’il le cran pour relever les lourds défis sur le feu ?

Un mandat de cinq ans inauguré par un message vidéo dans lequel le nouveau secrétaire général lance un appel pour la paix.

“En ce jour de l’An, je vous demande à tous de prendre avec moi cette résolution : engageons-nous à faire de la paix notre priorité absolue, dit-il dans ce message. Faisons de 2017 l’année où nous tous – citoyens, gouvernements et dirigeants – aurons tout fait pour surmonter nos différences. De la solidarité et la compassion dans notre vie quotidienne au dialogue et au respect quelques soient les clivages politiques. Des cessez-le-feu sur le champ de bataille aux compromis à la table des négociations pour parvenir à des solutions politiques. La paix doit être notre objectif et notre guide.”

Antonio Guterres s’est gardé de mentionner un conflit en particulier, mais les crises que les Nations Unies n’ont pas su stopper sous Ban Ki-Moon sont multiples, à commencer la Syrie, le Yémen ou encore le Soudan du Sud.

Article relative: http://wp.me/p3NvjZ-1bQ

© Janvier 2017 – LAMINE MEDIA

 

Imagine your best photo ever
To Top