unicefpub
Afrique

CEMAC : Sommet extraordinaire des chefs d’état, miné par la crise économique sous régionale

Fernando Cancio, envoyé spécial à Yaoundé pour LNC, avec l’appui analytique de Fanta Biderman-Kinguemat

YAOUNDE (LNC) – Deux invités surprises lors de ce sommet de Yaoundé, à savoir les français Christine Lagarde, Directrice Générale du FMI, et Michel Sapin, le ministre français de l’Économie. Présences sans doute nécessaires, pour faire juguler les rumeurs incessantes d’une nouvelle dévaluation du Franc CFA, la monnaie coloniale commune à beaucoup de pays francophones.

This slideshow requires JavaScript.

Un sommet de la morosité, dans un climat lourd de crise économique, politique, humanitaire et sécuritaire.
x
Au moins, les chiffres farfelus de croissance économique lumineuse, notamment en Centrafrique (+5%) – dénoncés par l’économiste centrafricain Magloire LAMINE – y auront été réactualisés. La zone CEMAC n’a connu en 2016 qu’une  croissance de 1%.
x
Quant à la RCA, le chiffre réel de son PIB de 2016 est catastrophiquement de – 18%. UN record jamais atteint depuis son indépendance.
x
x
Pessimisme : en RCA, incapable de se sortir de sa crise la plus grave, au Tchad, au Gabon ou au Congo, avec des présidents s’étant auto-reproduit au pouvoir, n’ont pas aidé pour un climat favorable des affaires, et d’aisance économique. Pour cela que ce sommet restera celui de l’ajustement structurel des économies des pays CEMAC.

Le Communiqué final exprime la volonté des présidents à sortir de la crise économique que vit actuellement la sous-région.

«Les Chefs de l’État ont relevé d’emblée que le renforcement de la stabilité macroéconomique ne nécessite pas un rajustement de la parité monétaire actuel, mais plutôt des efforts d’ajustement sur les plans intérieurs et extérieurs assortis de réformes structurelles adéquates».

Plus clairement dit, la CEMAC écarte le spectre d’une dévaluation du F CFA, risque de la très mauvaise santé économique de la sous-région.

21 résolutions prises par les Chefs d’État, notamment «l’adoption des mesures pertinentes destinées à inverser durablement les tendances négatives de l’économie de la sous-région, combinant une politique budgétaire adéquate, une politique monétaire appropriée et une coopération internationale renforcée». Egalement, «d’ouvrir et de conclure à brève échéance, des négociations bilatérales avec le FMI, pour mieux structurer les efforts d’ajustement de leur Etats, les accompagner vers une sortie de crise et les aider à mettre en place les conditions d’une relance vertueuse et durable de leurs économies».

Conséquemment, il a été décidé qu’en matière de politique monétaire, du gel des plafonds des avances statutaires de la BEAC, au niveau fixé sur la base des recettes budgétaires de l’exercice 2014. La Banque centrale (BEAC) a été instruite à ramener le solde budgétaire à moins de 3% sur une période de 5 ans.

En plus clair, période de vaches maigres pour 5 ans.

LNC- communique_final_du_sommet_extraordinaire_des_chefs_etat_cemac

English version:

© Décembre 2016 – LAMINE MEDIA

Imagine your best photo ever
To Top