unicefpub
International

Angelina Jolie : “L’ONU est sapée par les abus sexuels de ses casques bleus”

Traduction de l’Anglais : Karen Sullivan | LNC


Angelina Jolie : “Une nouvelle approche du maintien de la paix est nécessaire, ayant comme matrice  la défense des droits, la protection et la participation des femmes”.

L’Ambassadrice de bonne volonté exige la poursuite judiciaire des casques bleus coupables d’abus sexuels, et demande également la présence de plus de femmes dans les missions

Angelina Jolie a créé la surprise en apparaissant dans un sommet important des casques bleus, où elle en a profité pour s’adresser aux représentants de 80 pays, pour leur dire que la réputation de l’organisation a été sapée par les intolérables cas d’abus sexuels des casques bleus.

L‘actrice et ambassadrice de bonne volonté de l’ONU, avouait Jeudi dernier qu’elle avait été  poussée par le désir de justice et de responsabilité, pour ces femmes réfugiées qu’elle avait rencontrées, et qui ont été violées par des  troupes internationales.

“Nous savons tous que la crédibilité des missions de paix de l’ONU est actuellement salement détériorée par les actions intolérables de cas d’exploitation sexuelle de femmes et d’enfants, par ceux là même qui sont en charge de leur protection.”

Demandant la poursuite des casques bleus coupables d’abus sexuels, elle a déclaré qu’une nouvelle approche du maintien de la paix était souhaitable, en ayant en son cœur, la prise en compte “de la défense des droits, la protection et la participation des femmes”. Elle a aussi demandé la participation de plus de femmes dans les missions. “Les forces de maintien de la paix ne pourront gagner et garder la confiance des populations locales, que si elles sont capables de s’impliquer avec les femmes, tout autant qu’avec les hommes des communautés,” a-t’elle ajouté.

Le sujet des abus et exploitations sexuels par les casques bleus, ainsi que celui de la participation de plus de femmes dans les missions, étaient deux des thèmes majeurs de ce sommet, suite aux graves allégations d’agression sexuelle dans des pays incluant Haïti et la République centrafricaine.

Le ministre britannique de la Défense Michael Fallon, lui a demandé : “La tolérance zéro”  pour ce problème. Déclarant qu’il y a eu “de nombreux exemples choquant de ces déplorables actes que nous pouvons tous déplorer”, et qui risquent de nous faire perdre les “cœurs et les esprits” des peuples que les missions ont pour but de protéger.

Des fonctionnaires onusiens ont affirmé que l’organisation considère de plus en plus sérieusement les problèmes d’abus sexuels et les autres brèches dans la discipline, et a mis en place une unité séparée du personnel sur le terrain, pour enquêter sur ces différentes accusations. Là où quelqu’un se comporte mal, tout le contingent sera renvoyé à la maison, et les cas individuels seront poursuivis dans leurs propres pays.

Mais pour les militants, tout ceci n’est que du vent et des écrans de fumée. “Le problème c’est que l’ONU est face à un conflit d’intérêt : Elle s’autorise sa propre Police, et elle est à la fois juge et partie,” déclare Paula Donovan, co-directrice d’Aids-Free World, une ONG qui mène la campagne dite Code bleu sur les abus sexuels au sein de l’ONU

Le Code Blue est pour que ce soit des organisations indépendantes qui soient à même de recevoir les plaintes, d’enquêter, et d’ouvrir les poursuites contre les casques bleus impliqués dans des abus sexuels. Mais les fonctionnaires de l’ONU répliquent en disant que ce serait trop lourd à mettre en place, alors que les équipes onusiennes ont le statut diplomatique, et peuvent agir rapidement.

Le sommet, que le sous-secrétaire général de L’ONU, Hervé Ladsous a qualifié de plus grand rassemblement de l’histoire des forces de maintien de la paix, de manière à mieux faire face fait suite à un événement de l’année dernière, où 50 pays y avaient promis d’augmenter leurs contributions pour les missions de L’ONU, afin de mieux faire face aux croissantes différentes menaces et défis. Barack Obama lui demande aux casques bleus de jouer un rôle plus agressif, en particulier contre les forces des insurgés islamistes dans des pays comme la Somalie et le Mali.

Les délégués se sont engagés l’année dernière, pour une augmentation du personnel à  plus de 40.000 – incluant soldats et policiers – en plus des 125.000 casques bleus en opération  déjà dans le monde.

Pour le ministre Fallon : le but maintenant, c’est “de passer des promesses sur le papier, à du concret en soldats”.

L’ONU a aussi en  prévision pour but d’accroître la vitesse avec laquelle elle peut réagir face aux crises quand elles apparaissent, déclare Ladsous. Actuellement il faut environ six mois pour mettre en place une mission de maintien de la paix, mais les engagements de l’événement de l’année dernière, et le sommet de Jeudi dernier, annoncent que l’ONU dispose maintenant d’une réserve de personnel pré approuvé, susceptible d’être déployé sous 60 jours.

English version: http://wp.me/p3NvjZ-19Y

The Guardian

Imagine your best photo ever
To Top