unicefpub
Analyses

TEMPERATURE : LE POINT DE DROIT, Des abus illégaux des Armes de la République

Par Sandra Martin-White
Consultante juridique de LNC

LOS ANGELES (LNC) – Depuis, disons la crise débutée fin 2012, nous avons constaté un usage, non seulement abusif, mais illégal des armes et des devises du Centrafrique, et par des partis politiques, et surtout par les bandes armées rebelles dans leurs communications de presse.

La devise : “Unité – Dignité – Travail”, les Armes, le drapeau national, seul le POUVOIR peut les utiliser, personne d’autre.

Simplement, ce qui fait l’existence d’un pays, ce sont le drapeau, les armes, et la devise.
Personne d’autre, à part le gouvernement ne doit s’en servir.
Or, l’on note que tout un tas de gens et d’organisations diverses utilisent cela en en tête de leurs publications.
C’est tout simplement illégal.

Nous voulons bien admettre que le pouvoir en place ne dispose pas des moyens pour lutter contre l’éradication des bandes rebelles, ceci est une chose, mais le champ du DROIT CONSTITUTIONNEL lui appartient. Pourquoi ne s’en sert-il pas ?

Conséquemment, il est anormal qu’au moins, pour la légitimité de l’ETAT, que des ouvertures d’enquêtes soient faites sur tous les crimes par les différentes bandes armées en RCA.

Des bergers peuhls martyrisés, découpés vivant et mangés par des Anti-Balaka à la SEGA, des crimes Séléka à Koui, Kaga, Bria, Bambari, les razzias de la LRA à Obo, etc…

Pas d’enquêtes, on vit dans quel pays là ?

Un pouvoir n’a aucune légitimité, si ce minimum légal n’est pas assuré.

Parce que, les centrafricains doivent bien comprendre que les 2.2 milliards de $ de promesse de dons par la communauté internationale, ne seront effectives que si, et nous disons bien si, la RCA fait ces efforts minimaux d’existence d’un Etat légitime.

Et pour le moment, ce n’est pas le cas.

Ces “laisser-faires” ne sont pas acceptables.

Car quelques soient les faiblesses concrètes d’un pouvoir sur le terrain, l’action juridique lui appartient.

Pourquoi Faustin TOUADERA empêche-t’il Ghislain Gresenguet le procureur du parquet de Bangui de lancer des enquêtes sur les crimes en RCA ? Ceci est incompréhensible.

LE PAYS NE PEUT PAS ETRE CREDIBLE, SI UN MINIMUM D’EFFORT N’EST PAS FAIT POUR LE LEGITIMER.

La vie de Faustin Touadera ne tient actuellement qu’au bon vouloir de la MINUSCA, et comme le dit Bendounga en ironisant :

“LA MINUSCA S’EN VA A 9H, A MIDI, TOUADERA EST DEHORS”

Ceci, ce n’est pas pour rigoler. C’est la VERITE !

Je sais bien qu’en Afrique, le Droit, pour reprendre les paroles de Bozizé : “C’est que les papiers des blancs”.

Sauf que, sans les blancs pour te friquer, t’es MORT !

English version:

© Decembre 2016 – LAMINE MEDIA

Imagine your best photo ever
To Top