unicefpub
Justice

Centrafrique : Après les meurtres des membres de l’UPC, la MINUSCA demande une enquête mais…

Eve Malonga

BANGUI (LNC) — Lundi dernier, lors de sa conférence hebdomadaire, La MINUSCA avait fermement condamné l’attentat meurtrier par des Anti-Balaka contre des membres de  l’Union pour la Paix en Centrafrique (UPC) – Séléka – au cours duquel ,le secrétaire général Bouba et Ahamat Nidjad Ibrahim Poulakou, porte-parole de ce mouvement perdirent très violemment la vie.

La MINUSCA demandait vigoureusement au gouvernement d’ouvrir une enquête  « pour identifier les auteurs de cette attaque afin de les traduire en justice et exprime sa disponibilité à aider les autorités dans cette tâche. »

Mais voilà, près d’une semaine plus tard, aucune procédure judiciaire n’a été ouverte. Au Palais de la Renaissance, on botte en touche, et au palais de justice de Bangui, aucun juge n’a été sollicité pour l’ouverture d’une enquête pénale.

Autant dire que pour tous les meurtres qui essaiment le pays, cela finira enterré, et continuera à entretenir l’impunité pour les criminels dans le pays.

Du côté de Sangaris on se défend : “Nous nous organisions la rencontre. Nous n’étions pas prévenus de la protection de cette délégation,” déclare un  porte parole.

Read in English: http://www.lanouvellecentrafrique.org/?p=1956

© Octobre 2015 LNC

Imagine your best photo ever
To Top